Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 15:06

Excellente idée de la part d'Espéranto-France que de proposer ce moment de réflexion et de partage sur la diversité linguistique et les dangers qui la menacent, tant il est vrai que la langue sous-tend la vision de chacun sur le monde. Maintenir une  diversité linguistique des tribus les plus petites jusque dans les organismes internationaux les plus vastes est un des moyens de lutter pour l'égalité entre les peuples. Une langue qui n'appartiendrait à personne, pourrait être accaparée par tous. C'est l'idéal de l'espéranto, qui n'a derrière lui ni puissance militaire, ni économique, ni politique.

 

Comme le dit Claude Hagège, professeur au collège de France, les langues sont un peu comme les espèces animales: elles vivent, meurent, cèdent aux assauts des prédateurs. Ce ne sont pas seulement des mots qui s'envolent avec chacune d'elles. C'est une histoire, une mémoire, une manière de penser. Un peu de notre humanité.

 

Renée Triolle, après un exposé préliminaire sur la situation des langues dans le monde, a convié la vingtaine de personnes présentes à parler de leurs langues maternelles.

Nous avons alors entendu du néerlandais, de l'allemand, de l'italien, du suédois, du catalan, du provençal, de l'espagnol de colombie, et nombre d'évocation de ces grands-pères et grands-mères parlant d'autres langues régionales ou nationales, mais  ne les transmettant pas.

 

Merci à l'Unesco pour cette journée mondiale de la langue maternelle !

Partager cet article
Repost0

commentaires