Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 14:51

Hier il plut. Aujourd'hui nuages. cela fait un bon bout de temps que le grand blond boude La Ciotat.

Accueil impeccable, comme à l'accoutumée, chez papati et Patata. Je n'avais jamais mangé ungâteau pariel avec mon thé aux agrumes...où en étais-je ?

Aujourd'hui j'ai de l'Aristide Bruant (Belleville-ménilmontant de 1895,ce qui ne nous rajeunit pas) et de l'Edouard Glissant de 1954) :

link Cliquez sur la flèche pour entendre la voix inimitable d'Aristide Bruant !

 

Le poète choisit, élit, dans la masse du monde, ce qu'il lui faut préserver, chanter, sauver, et qui s'accorde à son chant.»
[ Edouard Glissant ] - L'Art poétique

 

On commence par bien rigoler avec l'Aristide, toujours connu au XXIème siècle. pour bien faire, il me faudrait une casquette et un foulard rouge (ou le chapeau et l'écharpe).

On rigole moins avec l'Edouard. heureusement, il y a les petites annonces humoristiques.

 

Suite à la Saint-Valentin, jeune homme échange bouquet de roses même pas défraîchi contre regard neuf et enjoué de jeune femme.

 

Suite à la Saint-Valentin, jeune homme amoureux fou mais prévoyant échange béatitude contre plomb dans la cervelle.

 

Rasséréné, je retrouve l'ami Rémi bien remis de sa semaine de vacances ! C'est vraiment le bon endroit, même les passants soureint ou me font un geste amical.

 

Il y a du monde en terrasse place Sadi Carnot. Un couple de grands-parents avec leurs petits enfants sont ravis de savoir qu'il y a l'heure du conte à la bibliothèque.

 

Carrefour de l'horloge, toujours le même manège : on m'écoute des terrasses, mais on ne s'arrête pas ou peu. Les petties annonce shumoristiques font un tabac. je crois que je sui parti pour en écrire chaque semaine !

 

Je me place en face de Schlecker pour réjouir l'homme assis devant le magasin. La chanson d'Aristide plaît décidément, des dames s'arrêtent pour l'écouter. Par contre, pas moyen d'écouler une feuille de chou !

 

Ah, la boucherie de la rue du Maréchal Joffre ! Dans un vacarme incroyable, je hausse le ton et déroule impeccablement.

 

Au Tropiques Café, j'ai le droit de dire le poème de Glissant, juste quand une poignée d'étudiants de l'IUT passent.

 

Puis c'e sont mes deux boulangeries Lévêque et Thomas, très calmes ce jour. Il y a place devant le cinéma, mais jje suis un peu en retard et cours au rendez-vous au collège.

 

Je vais même écrire une demande à la Poste. Ca, ce serait bien !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires