Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 19:57

Aujourd'hui, l'été semble arriver. Remercions le temps maussade d'avoir presque épargné notre belle fête de 1720. Je dis belle, mais il me semble que le ressort est presque cassé.


Je vois les efforts des bénévoles, les quelques professionnels, les machands amassés du Musée au baromètre, mais il manque deux choses : plus d'animations pour le grand public et des "points d'appel" dans la ville, au moins place Sadi carnot, square Bouissou, Carrefour de l'Horloge (le première ville au Moyen-Age) et peut-être Esquiros et Evariste Gras.


Sur de telles places, des animations de jeux de force ou d'adresse, gratuites ou presque, des ateliers de chansons en provençal ancien ou moderne, des initiations aux danses anciennes, etc...

 

Bref, la fête !

 

Et si je commence avec des extraits de chansons de Georges Moustaki (le temps de vivre, les amis de Georges et le métèque), je poursuis avec ce poème :

 

 

1720

Que sont nos fêtes devenues ?

Quatre jours ne peuvent changer

L'inhabitude à partager

Les instants de vies convenues

 

Le port remplacerait la ville

Et la ville ne dirait rien ?

Si vous voulez donner l'entrain

Rendez aux murs leur cœur fertile !

 

Animez jusqu'à chaque place

Faites jouer, chanter, bouger

Soyez le bonheur horloger

De l'aube douce à l'aube lasse !

 

Et tous, Ciotadens, inconnues

Vendeurs de peu, amis d'airain

Diront en Provençal soudain :

Voici nos fêtes revenues !

FG 3 juin 2013 18H02

 

C'est bien sûr 1720 qui est au coeur des discussions. Il semblerait que la fête s'éloigne,  que le rêve passe, sauf pour les pichouns. Mais séparer le ville imaginaire de la ville réelle me semble très grave symboliquement, et Dieu sait si le symbole importe de tout temps. Je souhaite de tout coeur un retour des fièvres passées (fièvres sans maladie autre que celle de la Joie), mais cela passera à mon avis par l'accueil de nouveaux animateurs plus axés sur les rencontres de rue.

 

Trois annonces ont eu du succès aujourd'hui, le lancement du gabian riant, le nouveau journal de La Ciotat, et deux annonces de Ciotadens, Hervé et sandy qui ont toutes deux trouvé preneurs (un garage et la quasi-totalité des meubles et des appareils ménagers d'un bon appartement !). Le crieur continue son oeuvre !

 

J'ai décidé de limiter à 2H mon parcours et d'espacer les articles sur le blog, puisque je suis désormais, pour le bonheur de tous, un homme libre.

 

Je termine par une annonce humoristique :

 

 

Suite à la mort de Georges Moustaki. Johnny Halliday aurait décidé de changer légèrement deux de ses chansons : « Quoi ma gueule de métèque » et « Sarah ne change pas un homme. »

 

A bientôt pour de nouvelles aventures, et au samedi 8 juin à 18H30 au restaurant OCALM, 4 rue du Maréchal Joffre, pour le lancement du Gabian riant, le journal qui fait rire et sourire !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Legrand P. - dans CRIEUR PUBLIC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE GRAND PORTIQUE, SOYONS CURIEUX !
  • LE GRAND PORTIQUE, SOYONS CURIEUX !
  • : Infos des animations proposées par l'association éponyme sur l'ouverture au monde.
  • Contact

Recherche