Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 22:17

A toutes celles et à tous ceux qui rêvent de s'exprimer dans la rue pour célébrer l'année européenne de la culture ou pas, le crieur public vous propose de le suivre sur une ou plusieurs de ses 10 stations en centre-ville, le mardi matin entre 10H et midi.

Vous avez dix minutes ou deux heures ?

Vous voudriez venir à un autre moment ?

Vous êtes disponible entre une fois et 20 fois  entre le 1er mars et le 31 décembre 2013 ?

Contactez le crieur par courriel à legrandportique@gmail.com ou au 06 28 48 48 88

 

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Partager cet article
Repost0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 21:09

De mémoire, je viens d'écrire 90 en chiffres romains : XC. Je comprends que les chiffres arabes aient triomphé et je remercie l'Orient pour sa sapience et sa sagesse.

De retour de voyage, je fais un bond dans l'hyper-espace entre la capitale et la petite ville de bord de mer, ET CA FAIT DU BIEN ! ici, l'on vit, on se parle, on crie, on vibre, on se reconnaît. Cet anonymat impossible me plaît, moi le crieur public.

 

Février étant la période du Carnaval, je chante :

 

Carnaval es arribat

(Occitan)


Carnaval es arribat
Farem la fèsta, farem la fèsta
Carnaval es arribat
Farem la fèsta dins lo prat.

Farem la fèsta, farem la fèsta,
Farem la fèsta dins lo prat,
Farem la fèsta, farem la fèsta,
Farem la fèsta dins lo prat...

 

Puis un poème canadien de février :

 

Louis-Honoré Fréchette 

(1839-1908)

Février

Aux pans du ciel l'hiver drape un nouveau décor ;
Au firmament l'azur de tons roses s'allume ;
Sur nos trottoirs un vent plus doux enfle la plume
Des petits moineaux gris qu'on y retrouve encor.

Maint coup sec retentit dans la forêt qui dort ;
Et, dans les ravins creux qui s'emplissent de brume,
Aux franges du brouillard malsain qui nous enrhume
L'Orient plus vermeil met une épingle d'or.

Folâtre, et secouant sa clochette argentine,
Le bruyant Carnaval fait sonner sa bottine
Sur le plancher rustique ou le tapis soyeux ;

Le spleen chassé s'en va chercher d'autres victimes ;
La gaîté vient s'asseoir à nos cercles intimes...
C'est le mois le plus court : passons-le plus joyeux.

 

Il y a peu à dire : les expos d'instruments de musique et sur le thème de l'amou, un concert de hip-hop franco-espagnol au profit de l'association Jean-Louis Noël qui aide les enfants malades à réaliser leurs rêves, la réunion des narcotiques anonymes, une comédie sur la mafia "Don Facciomaccio", une conférence sur l'immigration italienne à La Ciotat par l'ami Guy Aillaud, le samedi soir une soirée boeuf à l'atelier Jazz Convergences, et les petites annonces :

 

 

 

Mois court et froid échangerait nombre de jours avec mois long, estival si possible.   

 Grand concours de photo et de poésie du CIQ du centre-ville !

Suite à l’annonce par le Président Chavez de son retour à Caracas, Nicolas Sarkozy aurait annoncé son retour à la présidence de l’UMP, tout en précisant être en excellente santé.

 

Suite à l’escalade de deux grues par des pères de famille se disant victimes d’injustice pour la garde de leurs enfants, les femmes harcelées ou battues auraient occupé la totalité des parcs d’attraction et fêtes foraines pour se faire entendre à leur tour.

 

Je commence par feu la boutique de mon ami Rémi, 33 rue des Poilus. J'ai une pensée pour celui qui a lutté pendant 4 ans pour maintenir une activité commerciale dans la rue principale de la vieille ville avant d'abandonner.

Une maman et son enfant s'approchent, amusés par la chanson. Puis ce sont quelues habitués qui me saluent au passage.

 

Place Sadi Carnot, j'apostrophe les deux personnes en terrasse, ce qui fait venir un peu de monde, et après la déclamation nous avons une longue discussion sur le Pole-emploi et ses difficultés à aider les chercheurs d'o(r)ffres.

 

Carrefour de l'horloge, le café est fermé, mais un monsieur de 88 ans m'apostrophe et me parle des années 40 avec le tambourinaïre et la dame qui criait dans les rues les noms des personnes décédées ainsi que la date et le l'heure de leur messe funèbre. Il m'encourage à continuer car "il faut du courage pour faire ça aujourd'hui". Un autre monsieur m'aborde en me disant qu'il n'oserait jamais et je lui raconte comment, la première fois où j'ai dû affronter le public, c'était devant 150 personnes. Le plus dur, ce fut de monter sur scène. Et depuis...

 

J'affronte le square Bouissou devant le gérant du Slevins café. J'apprécie le sourire d'une vendeuse de la boutique de vêtements KAAn qui quitte le centre-ville bientôt. David me dit que le beau temps sera de retour en mai, car Avril est Mistral. Pourvu qu'il se trompe !

 

Le lecteur averti aura remarqué que j'ai utilisé deux termes pour mon quartier : vieille ville et centre-ville. On pourrait ajouter centre ancien. J'ai l'impression que le glissement du centre vers l'ancien est imminent...mais je ne désespère pas de son avenir. Il suffirait d'une prise artistique et culturelle de l'endroit.

 

Je passe devant la boucherie de la rue du Maréchal Joffre, fermée pour cause de vacances, et je me place au coin de la place Esquiros où je retrouve la foule joyeuse malgré l'absence du primeur. J'ai droit aux danses des enfants sur l'air du Carnaval, aux discussions avec les adultes, aux exclamations.

 

A la bibliothèque, la boîte à crieur m'a confié trois cadeaux, dignes de la Saint-Valentin : unechanson de Jacques Prévert (les escargots qui vont à l'enterrement), une annonce pour des pièces détachées de Citroën ZX et un très beau virelangue angélique. Essayez de prononcer à voix haute ce bijou :

 

"Un ange qui songeait à changer son visage pour donner le change, se vit si changé, que loin de louanger ce changement, il jugea que tous les autres anges jugeraient que jamais ange ainsi changé ne rechangerait jamais, et jamais plus ange ne songea à se changer."

 

Je m'en suis tiré sans y laisser des plumes. Et vous ?

 

Je termine sur le marché qui touche à sa fin, avec un beau rayon de soleil avenue ghirardelli et plusieurs remarques plaisantes rue Michel ,Simon, devant feu SFR.

 

Enfin, je cours et vole devant la boulangerie Tomas où le thème du jour sera la ciotadine. Non, pas la femme ciotadenne, mais la forme poétique que j'ai composée.

 

La suite au prochain épisode...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 16:23

Février est impitoyable. Le centre-ville ressemble à un désert étonnant. Où est passé tout le monde. Dans ce sourire et ces échanges et cette interrogaiton de tous : que nous réserve-t-on ?

 

J'ai composé un petit poème, toujours avec le jeu des rimes à faire trouver :

Poème du crieur public  

Quand il fait froid

Cherche la Joie

Quand il fait chaud

Cherche l’oiseau

Quand il fait dur

Cherche l’épure

Quand il fait maigre

Cherche l’intègre

Quand il fait nuit

Cherche l’ennui

Quand il fait jour

Cherche l’amour

Quand il fait doux

Eh ! Cherche-nous !.

18H32  11 février 2013.

 

Pour la chanson, je pouvais choisir "saucisson de cheval" de Boby Lapointe en liaison avec le scandale de la viande de boeuf changée miraculeusement en cheval.

J'ai finalement opté pour la Saint Valentin :

Parlez-moi d'amour,
Redites-moi des choses tendres.
Votre beau discours,
Mon coeur n'est pas las de l'entendre.
Pourvu que toujours
Vous répétiez ces mots suprêmes:
Je vous aime.

 

Il y tant de choses à annoncer entre les Musicales de Février, l'exposition sur le thème de l'amour à l'Escalet, les spectacles "la peau d'Elisa" à L'Escalet toujours et "las chucherias " au théâtre du Golfe, le bal de la Saint Valentin à la salle Paul Eluard, la présentation du Comité Feux de La Ciotat au CIQ NOrd-Ouest, la projection de films par le ciné-club amateur de Provence, le Grand Prix de Pétanque de la ville de La Ciota, la journée crêpes de la Carriero drecho...

Pour les annonces, ce n'est pas mal non plus :

Homme tronc cherche femme de tête pour union durable.

Boucher galant cherche petit morceau de femme à attendrir.   

 

Suite au remplacement de la viande de bœuf par de la viande de cheval dans les lasagnes de marque Findus, le gouvernement mondial de transition chercherait à remplacer le capitalisme par la démocratie dans les lasagnes internationales.

 

Suite au renoncement du pape à ses fonctions au motif qu’il n’a plus les forces pour diriger l’Eglise en raison de son âge avancé, le gouvernement français s’apprêterait à interdire l’accès à la fonction de sénateur aux Français de plus de 70 ans.

 

Je commence entre le rideau fermé d'Aventuris et le local en rénovation de la malle d'Oriane. Quelques sourires me réchauffesnt :" continuez!".

 

Place Sadi Carnot, je déclame pour le patron du restaurant "l'épicerie" et quelques personnes attirées par le bruit.

 

Cela se décante carrfeour de l'horloge.

 

Après un passage par le square Bouissou désert où j'ai quand même deux discussions sur le devenir du centre-ville, je me retrouve au chaud dans la boucherie du Maréchal Joffre. Bonne vacances à tous !

 

Angle rue Joffre et Place Esquiros, l'animation reprend de plus belle. Les annonces humoritiques ou amoureuses font rire et sourire.

 

La bibliothèque est bien remplie et le jeu des rimes fonctionne à plein régime.

 

Je termine presque avenue Géry et Gjirardelli avec les applaudissements et saluts des forains et quelques discussions, dont une pourrassurer une dame qui croit que l'on a abattu le micocoulier du Bd Jean Jaurès. Il est à la bastide Marin et on lui souhaite de revivre là-bas, dis-je avec un monsieur qui s'y connaît.

 

Enfin, direction la boulangerie Tomas pour clore en beauté sur une discussionsur la Saint-Valentin.

 

Bonne fête à tous et une pensée pour Greg, mort au square Mouton la semaine dernière !

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 13:17

Aujourd'hui, ce sont les aveux du crieur :

 

Poème du crieur public  

Je suis le crieur public

Et j’ai la rime pratique

Qu’il fasse chaud ou arctique

Je débite mes viatiques

J’ai le regard héroïque

Du poète anachronique

Et j’ai cherché des Tropiques

Au bec de l’aigle apathique

Parfois je perds la musique

De mes rêves analgésiques

Puis je m’envole magique

Loin du feu technologique

Je survole les caciques

Le diable et ses fanatiques

Souriant mélancolique

A cette vivante clique

Si vous cédez à mes tics

Ma clameur signalétique

Vous deviendrez extatiques

Prodigieux et angéliques

C’est pourquoi trop féérique

Pour la rengaine exotique

Bien faussement impudique

Je suis le crieur public.

22H31 4 février 2013.

 

Ce poème à rime unique est excellent pour faire deviner les passants, même si la plupart des rimes sont introuvables. Et que gagne t-on à ce jeu-là ? Des feuilles de chou du crieur, pardi !

 

Je chante "la java des bombes atomiques" de Boris Vian, commande de la boîte du crieur public :

Mon oncle, un fameux bricoleur
Faisait en amateur
Des bombes atomiques
Sans avoir jamais rien appris
C'était un vrai génie
Question travaux pratiques

Il s'enfermait toute la journée
Au fond de son atelier
Pour faire des expériences
Et le soir il rentrait chez nous
Et nous mettait en transe
En nous racontant tout

Pour fabriquer une bombe A
Mes enfants, croyez-moi
C'est vraiment de la tarte
La question du détonateur
Se résout en un quart d'heure
C'est de celles qu'on écarte

En ce qui concerne la bombe H
C'est pas beaucoup plus vache
Mais une chose me tourmente
C'est que celles de ma fabrication
N'ont qu'un rayon d'action
De trois mètres cinquante

Y'a quelque chose qui cloche là-dedans
J'y retourne immédiatement...

 

Quelles bonnes nouvelles ? Toujours l'exposition des instruments de musique d'André Gabriel aux Pénitents bleus, une exposition de photographies sur l'amour à la galerie de l'Escalet, une conférence sur la Corse jeudi à 15H à la salle Saint-Marceaux (et le don du sang au même endroit vendredi de 15H à 19H30), deux soliloques comiques au café-théâtre nouvellement créé à La Ciotat au 2 rue du Maréchal Joffre, le concert de Jean-Paul Poletti et le choeur d'hommes de Sartène samedi à 20H30 au théâtre du Golfe, la gamelle du coeur au profit des animaux abandonnés à l'Hyper Casino dimanche de 10H à 13H, la vente de charité pour les mêmes sur la Tasse dimanche toute la journée et le conseil municipal lundi 11 février à 18H.

 

Il y a également une belle petite annonce :

Assistante maternelle agrée, je garde vos bout ‘chous de 4 mois à 3 ans dans un appartement avec tout le confort pour leur bien-être, j’ai une place.
Diverses activités : parc vélo, jeux, activités manuelles et musicaux sont nos loisirs préférés. J’attends avec impatience vos petits bouts.
Tarifs : 4 euros remboursement CAF

Contacter Alexandrine Del via Facebook  

 

Et pour finir, les deux annonces humoristiques :


Suite à l’abrogation d’une loi de 1800 concernant l’interdiction des Parisiennes de porter des pantalons, les féministes auraient exigé des hommes qu’ils portent parfois le pantalon, parfois la robe ou la jupe.

 

Suite au grand risque de fermeture de Pétroplus, le gouvernement français aurait décidé d’augmenter le Prête aux moins..

 

Je commence devant la grille fermée d'Aventuris, en me demandant quel commerce le remplacera et quand.

 

Place Sadi Carnot, Des Côtés cafés est en vacances avec sa terrasse magique. Heureusement, le restaurant "l'épicerie" a sorti ses tables. Ma déclamation fera venir quelques personnes.

 

Carrefour de l'Horloge, les passants reviennent. Un couple s'arrête longuement et discute. Ils participent activement au jeu des rimes.

 

Le square Bouissou voit enfin partir le Père Noël, je pourrai donc revenir la semaine prochaine.

 

Dans la grande boucherie, enfin un peu de calme ! les rimes fusent.

 

A l'angle de la rue Joffre et de la rue Gaymard, mes primeurs joyeux ont disparu ! Cela reste cependant un bon lieu de rencontres, avec les enfants qui me font des signes de la main.

 

Ah ! La bibliothèque ! Lieu parfait où l'écoute est à son maximum. Tiens ? pas aujourd'hui, où une dame a manifestement oublié les consignes de discrétion.

 

Mes deux interventions sur le marché sont saluées et c'est une marchande de lingerie qui trouve enfin une rime (pratique). Et elle m'offre donc...non, je lui offre une feuille de chou. Plus loin, un vieux monsieur vient me voir parce qu'il a vu un article sur moi dans la Provence (voir notre rubrique "presse sur le blog). Une longue discussion commence sur Paris d'antan et d'aujourd'hui, le mariage homosexuel, les enfants hors mariage...une dame  me lance à propos des travaux sur la Tasse (le Boulevard Anatole France) : la Tasse est cassée !

 

Je termine boulangerie Tomas avec une grande discussion sur le port de la jupe par les hommes. Et les Ecossais alors ? En tout cas, j'aurais fait progresser le débat !

Quelques rimes en ique, donc :

 

pratique : unique/comique/pratique (plaudite, cives !)

viatiques : mimiques/plastiques/métriques

anachronique : érotique/exotique/sympathique (merci pour lui !)

apathique : poétique/jusqu'à la Martinique

analgésiques : oniriques/chaotiques/romantiques

technologique : féérique/qui pique

fanatiques : sataniques

angéliques : fantastiques, magiques

exotique : magique, automatique, générique.

 

Ca me donne une idée pour mon atelier d'écriture à venir...

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 14:35

Surpris de voir Rémi rue des Poilus, mais je sens bien que c'est la dernière fois.

 

Au programme : une chanson en langue d'OC

 

Lo nòstre ase/Notre âne
Chanson à danser
(Occitan)

Lo nòstre ase es vengut baug,
Vòl pas manjar la civada
Lo nòstre ase es vengut baug,
Vòl pas manjar la civada
La vòl pas manjar sonca que siaga curvelada.
La vòl pas manjar curvelada la ie caldrà.

Lo nòstre ase es vengut baug,
Vòl pas manjar las cauçidas
Lo nòstre ase es vengut baug,
Vòl pas manjar las cauçidas
Las vòl pas manjar sonca que siagan perbolidas.
Las vòl pas manjar, perbolidas las ie caldrà.

Anètz pas al bot del pont
Se siètz pas de fins dançaires
Anètz pas al bot del pont
Se siètz pas de fins dançaires
Ba vos diràn ben aquelas morres-relevadas*.
Ba vos diràn ben se dançatz pas a lor plaser.
La traduction ! De segur !
Notre âne est devenu fou,
Il ne veut pas manger l'avoine
Notre âne est devenu fou,
Il ne veut pas manger l'avoine
Il ne veut pas la manger, seulement si elle est décortiquée,
Il ne veut pas la manger, il la lui faudra décortiquée.

Notre âne est devenu fou,
Il ne veut pas manger les chardons
Notre âne est devenu fou,
Il ne veut pas manger les chardons
Il ne veut pas les manger, seulement s'ils ont été blanchis,
Il ne veut pas les manger, il les lui faudra blanchis.

N'allez pas au bout du pont
Si vous n'êtes pas de fins danseurs
N'allez pas au bout du pont
Si vous n'êtes pas de fins danseurs
Elles vous le diront, ces demoiselles pleines de toupet
Elles vous le diront si vous ne dansez pas comme il leur plaît.
Un rythme très enlevé pour cette chanson à danser !
Un petit poème de Totor (eh oui, Victor et moi sommes très intimes !) :

Victor HUGO   (1802-1885)

Janvier est revenu. Ne crains rien, noble femme !

Janvier est revenu. Ne crains rien, noble femme !
Qu'importe l'an qui passe et ceux qui passeront !
Mon amour toujours jeune est en fleur dans mon âme ;
Ta beauté toujours jeune est en fleur sur ton front.

Sois toujours grave et douce, ô toi que j'idolâtre ;
Que ton humble auréole éblouisse les yeux !
Comme on verse un lait pur dans un vase d'albâtre,
Emplis de dignité ton cœur religieux.

Brave le temps qui fuit. Ta beauté te protège.
Brave l'hiver. Bientôt mai sera de retour.
Dieu, pour effacer l'âge et pour fondre la neige,
Nous rendra le printemps et nous laisse l'amour.

1er janvier 1842.

 

Que de nou ? Quoi de neuf ?

 

La foire aux soldes à la salle Paul Eluard, le cirque Zavatta esplanade Langlois, Lynda Kent au théâtre du Golfe (pop-jazz) et les portes ouvertes de l'atelier Jazz Convergences bendredi, les musiques et chansons traditionnelles italiennes au théâtre du Golfe, la pièce de théâtre un air de famille par la compagnie "le rideau rouge" samedi, le film "les fils du vent" dimanche au cinéma Lumière... côté petites annonces, une dame cherchant un meublé ou une chambre indépendante la deuxième et la quatrième semaine de chaque mois, la recherche de témoignages sur le Carré Saint-Jacques par Cri Mémoire...et les annonces humoristiques :

 

Suite à l’annonce par l’Iran de l’envoi d’un singe dans l’espace et de son retour sur terre sain et sauf, la Corée du Nord s’apprêterait à lancer un missile piloté par un cochon d’Inde…

 

Suite au projet de loi sur la parité hommes-femmes dans l’enseignement supérieur, le mouvement homophile français plancherait sur un projet de loi sur la parité homo-hétéro dans les conseils d’administration des entreprises publiques et privées.

 

Rémi, donc, à la revoyure et bonne chance pour ta reconversion ! Désormais, je me posterai en face, si  Sandrine et Audric le veulent bien. Le pâle soleil retient peu les gens. On me demandera souvent de chanter plus. Non, Madame ! Je suis crieur, moâ !

 

Place Sadi Carnot, quelques gens fument ou parlent dans leur portable. Ils me font finalement bon accueil.

 

Carrefour de l'Horloge, le patron s'est levé bien tard et va sans doute se servir un café catalan de derrière les fagots !

 

Le Père Noël est seul square Bouissou.

 

Ah ! La grande boucherie ! Peut-être est-ce la dernière fois que je m'y rends. Une seule personne m'écoute, jeune maman promenant sa poussette où le pitchoun dort à poings fermés.

 

Ce sont mes haltes sur le marché qui font recette, avec ces applaudissements, ces interpellations, et cette vieille dame qui chante avec les quelques dents qui lui reste une chanson polissonne de 14-18. C'est aussi l'écoute religieuse à la bibliothèque et cette demande dans ma boîte aux lettres de la chanson "la java des bombes atomiques" de Boris Vian pour la semaine prochaine.

 

Je termine à la boulangerie Tomas où j'ai la chance de tomber sur M. Literi, tailleur de pierre sur la route de Marseille, qui a notamment façonné la déclaration des doroits de l'Homme et du Citoyen de la place de la liberté et la commémoration du 550ème anniversaire de la ville au Bérouard. Avec des anecdotes savoureuses à la clé : 10 jours et nuis pour achever à temps la déclaration et 3 jours pour réécrire le monument commémoratif parce que le nom du maire de l'époque était mal orthographié sur les documents fournis par les services de la ville !

 

Comme quoi on savait déjà bien rire en ce temps-là !

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 14:37

Uei, de solelh, de souléou !

 

Le soliel revenu, on s'attrarde, on galège, oublié l'hiver !

 

Une petite chanson pour échauffer tout ça :

 

Cauderòt s'i lèva Chanson de ronde (Occitan)
Petit chaudron se lève Chanson de ronde (Français)

Cauderòt s'i lèva
Per un diluns doç
Cauderòt vira, vira
Per un diluns doç
Cauderòt viratz-vos.

S'aquò'vs desarrenga
Ve'n torn'ratz tà vos
Cauderòt vira, vira
Ve'n torn'ratz tà vos
Cauderòt viratz-vos.

Petit chaudron se lève
Par un lundi doux
Petit chaudron tourne, tourne
Par un lundi doux
Petit chaudron retournez-vous

Si cela vous dérange
Vous reviendrez chez vous
Petit chaudron, tourne, tourne
Vous reviendrez chez vous
Petit chaudron retournez-vous.
Un petit poème amoureux de Janvier :

J’aime Janvier quand tu es là

Jouant avec le feu et moi

Transportant le bois qui pardonne

A ses tueurs d’êtres personnes

 

Amour quand le froid et le gel

Ont délivré leur aquarelle

Que reste-t-il à délivrer

De dessous la blanche livrée

 

Sinon tes mains d’ocre et de sel

Que je mordille dans le ciel

Ô tes mains, tes mains puissent-elles

Au Paradis demeurer telles !

FG 21 janvier 2013 21H27
Beaucoup d'annonces, une conférence sur la Chine au CIQ Sainte Marguerite, le café-théâtre du 2 rue du Maréchal Joffre qui a une belle programmation en fin de semaine, les chanpoètes avec votre serviteur au Grand Portique, les voeux du maire, le spectacle pour enfants fil de faire, les deux pièces jouées par la compagnie du rideau rouge à la Maison Ritt, tout cela vendredi, le loto de l'APEL Sainte Anne et l'apéro festif de l'association Zygo lançant le Festival de Poésie Partagée et le concours de ciotadines, un mariage follment gai par Rire en Provence, le concert des élèves à l'atelier Jazz Convergences (c'est tout pour damedi) et la Pastorale Maurel jouée en provençal bien sûr dimanche à 14H45 au théâtre du Golfe !
Pour les annonces, j'ai toujours mon cochon d'Inde né le 20 décembre 2012.
Enfin, voici mes deux annonces humoristiques :

Suite à l’approbation par le Conseil constitutionnel des articles sur le logement social de la loi Duflot, les communes les plus riches de France auraient menacé de prendre la nationalité belge, russe, etc…

 

Suite à la prime proposée par la NASA à qui trouvera la solution la plus ingénieuse pour optimiser le rendement des panneaux solaires de sa station orbitale, l’Agence Internationale à l’Energie Atomique serait sur le point de proposer une récompense à qui supprimera la nocivité de la radioactivité.

J'arrive triste chez Mestre Rémi, qui quitte le centre-ville. Où irai-je m'abriter sous le regard des dragons et des fées ?
Mestre Rémi me réconforte. C'est un nouveau départ ! La chanson est vive et surprend le public. Dame Isabelle me promet de faire un duo avec moi dans le cadre de la capitale européenne de la Culture.
Deux dames, dont une Belge, sont installées en terrasse palce Sadi carnot. Dès que je commence à déclamer, des têtes apparaissent. Après mes cris, je félicite la dame belge et lui souhaite la bienvenue à La Ciotat. "Il faut être bête comme Depardieu pour partir en Belgique, dit-elle. Nous, on préfère vivre ici !"
Après quelques mots échangés avec le patron du bar de l'Horloge, je m'installe au carrefour, près de l'échafaudage. Un couple échange un baiser durant ma lecture du poème. Je les en remercie chaleureusement.
Le square Bouissou est protégé par une voiture et un Père Noël géant. Je bifurque vers la boucherie de la rue du Maréchal Joffre. Une dame me dit avoir vu un nreportage sur le retour du crieur public en Alsace. Là-bas, le sgens l'écoutent par tous les temps. "Ici, cela doit être différent, ajoute-t-elle, mais je n'ai pas été surprise du coup en vous voyant.
Petite halte au restaurant Comme à la Maison où l'on me donne le tuyau pour supprimer la nocivité de la radio-activité : être radio-passif, c'est-à-dire écouter la radio toute la journée et ne rien faire d'autre.
Angle rue Joffre et Place Esquiros, le marché au soleil est rempli de sourires. J'ai une petite discussion sur la piétà à restaurer de l'église Saint-Anne, et puis un débat sur la Joie. Des habitants du centre-ville m'ont demandé depuis bien longtemps de leur "donner de la joie". Il y a des filles de joie, je suis un gars de joie, même si j'ai du mal à imaginer qu'on puisse vendre son corps sans problème, comme diraient mes amies féministes.
A la bibliothèque, je croise encore de nouvelles têtes.
Sur le marché avenue Géry et rue Ghirardelli, l'Occitan et le poème font sourire les gens. Une discussion est lancée avec le sourire sur les voeux du maire et sur l'appétit des participants.
Je termine à la boulangerie Tomas avec une discussion sur les voyages des collégiens fianncés par des tickets à gratter comme un vulgaire jeu de la Française du même nom...

 
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 09:41

J'avais égaré l'article sur le crieur public !

 

La Provence du 18 Novembre 20120001

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 21:42

Retour de la pluie

Oui, l'eau c'est la vie

Mais pour le crieur

Pas la bonne humeur !

 

Au début, tout va bien. J'embrasse Rémi et Audric 33 rue des Poilus. Une boutique de plus va abandonner le dur combat du centre-ville. Que faire ? Transformer le centre-ville en zone touristique intense ? Ou bien rassembler régulièrement les habitants et tous ceux qui le veulent autour de belles rencontres animées ? Comment redynamiser lecentre-ville alors que les ZAC envahissent le paysage ? Je n'ai pas de réponse, juste l'envie de continuer à arpenter ces rues et entretenir le dialogue et l'espoir, petit Poucet semant des notes de poésie de-ci, de-là. Et puis, binetôt proposer un paratge chaque mardi mais...chut ! vous verrez bientôt !

 

Sous la pluie fine, qui s'arrête et me sourit. Quelqu'un, quelqu'une ! "Vous avez du courage ! "me dit une dame en passant.

 

Place Sadi Carnot, la pluie s'intensifie. Personne. je trouve refuge devant l'ancien magasin Yves Rocher où, malgré la ,pluie en biais, j'évite les gouttes. Et puis, j'ai pris mes précautions ; j'ai glissé ma feuille de chou dans une pochette plastique.

 

Je croise Nico à qui je parle de la handi-soirée du 22 janvier. Il a l'air intéressé par cette idée de fête sans distinction entre les soi-disant handicapés et les autres.

 

Je decends vers le square Bouissou plus désert que jamais. Je me replie sur la boucherie du Maréchal Joffre, puis au restaurant Comme à la Maison, 10 mètres plus loin. Quelque qsourires ici et une belle discussion sur le sens de la poésie là, une poésie comme un reliquat de la magie, et qui parfois retrouve la puissance de ses origines.

 

Je ne résiste pas, sourire des forains oblige, à m'abriter rue Gueymard pour déclamer. Malgré ses doigrts gourds, un forain m'applaudit. Un autre lève le pouce. Aujopurd'hui, je me mouille !

 

Je termine à la bibliothèque avant d'être trempé, avec un clin d'oeil au concours de ciotadines.

 

Qu'ai-je chanté : dans la nuit de l'hiver, sur un poème de Jacques Prévert :

 

Dans la nuit de l'hiver
Galope un grand homme blanc
Dans la nuit de l'hiver
Galope un grand homme blanc
C'est un bonhomme de neige
Avec une pipe en bois,
Un grand bonhomme de neige
Poursuivi par le froid.
Il arrive au village.
Voyant de la lumière
Le voilà rassuré...

 

Le poème presque du jour, achevé à minuit moins dix lundi !

 

Janvier est un secret

Janus aux deux bienfaits

 

Il rend l’espoir aux hommes

Et parfait les bonshommes

 

Il apaise la terre

Et gèle les enfers

 

Il glisse grand félin

Sur les monts sibyllins

 

Il connaît des histoires

Blanches et bleues d’espoir

 

Qu’attends-tu, beau Janvier

Dans ton grand atelier ?

 

Penses-tu primevères

Belles filles aux yeux clairs ?

 

« Non, répond l’artisan

Je pense au feu tonnant

 

Dans la verte bruyère. »

 

FG 23H50 14 janvier 2013

 

Quelques annonces : le grand jeu ciotaden, chercher parmi les portraits aux Pénitents bleus ceux que l'on connaît, aller au théâtre du Golfe écouter des chansons d'amour dans "jazz et plus si affinités", savourer à l'atelier Jazz Convergences la musique de Georges Gershwin, aller au bal du comité des fêtes salle Paul Elurad, assister aux voeux de la bastide Marin et participer au loto superbement doté du lion's club.

 

Une belle annonce :

JF donne bébé cochon d’Inde née le 20 décembre 2012, pelage angora à rosette, adorable : 06 51 67 45 08

 

Et puis les annonces humoristiques devenues également ma marque de fabrique :

 

Suite au lancement de Marseille Provence 2013, des festivals alternatifs seraient sur le point de s’ouvrir. L’un, plutôt calme, s’appellerait Marseille Provence Lexomil 13. L’autre, plus festif, s’appellerait Marcel Provence 2000 tresses.

 

Suite à l’attaque des terroristes dans l’ouest du Mali, Barack Obama aurait décidé d’autoriser l’achat de chars d’assauts, de lance-missile et d’hélicoptères de combat par les citoyens des Etats-Unis, pour un usage strictement défensif et personnel.


Parmi les discussions de ce jour, que retenir ?

Les joies de voir la pluie de vie et le souhait qu'elle s'en aille, une description des pique-assiette à La Ciotat comme dans les croisières comme dans les galeries de Saint-Germain des prés, l'étonnement d'une dame de se savoir portraitisée aux Pénitents bleus (oui, je me souviens, j'étais enceinte !), l'adoration du dieu Jazz, et puis Francesca, jeune Italienne s'installant à La Ciotat, à qui nous souhaitons tous : Bienvenue, benvenuta !

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 16:11

Réunissant Anne-Marie Felgueiras, jeune auteure compositrice-interprète et Frédéric Ganga, poète d'âge mûr, les chanpoètes poursuivent leur tour local. Après le restaurant "Comme à la maison" et la librairie "La lanterne d'Aristote", ils seront au Grand Portique, 18 rue Louis Vignol, le vendredi 25 janvier à 18H.

 

Les artistes abordent  dans cette rencontre-spectacle plusieurs sujets, dont la tolérance et l'engagement, selon des points de vue proches mais éloignés dans leur traitement. Tour à tour joyeux, tendres, revendicatifs, ils vous entraînent dans un univers chaleureux, dans lequel la participation du public est parfois recommandée.

 

Tous les publics sont les bienvenus, à partir du collège.

 

Particpation libre.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 20:48

Une nouvelle association vient de s'installer au Grand Portique. Laissons la parole à son animatrice : 

 

J'ai le plaisir de vous annoncer que les ateliers de communication « Parler pour que les enfants écoutent » selon la méthode Faber et Mazlish, débuteront à La Ciotat à partir du 18 janvier.

Ces ateliers destinés aux adultes (parents ou professionnels de l'enfance) permettent de communiquer autrement avec les enfants. Ils permettent de découvrir des outils de communication efficaces et respectueux tout en s'entraînant à les mettre en pratique.

 

Un Cycle d'ateliers comporte 7 rencontres de 2h30 environ. Chacune des rencontres permet d'aborder un thème particulier :

Rencontre 1 : Accueillir les sentiments négatifs de l'enfant, ses frustrations, ses déceptions, sa colère, sa tristesse.

Rencontre 2 : Susciter chez l'enfant le désir de coopérer, pour qu'il prenne part aux tâches et aux activités de la vie quotidienne.

Rencontre 3 : Eviter le recours à la punition, tout en suscitant chez l'enfant le désir de changement de comportement.

Rencontre 4 : Encourager son autonomie.

Rencontre 5 : Favoriser chez l 'enfant le développement d'une image de soi positive et réaliste.

Rencontre 6 : l'aider à se débarrasser des étiquettes et à ne plus se sentir « la maladroite », « le paresseux », « le timide ». 

Rencontre 7 : Révisions.

Dates et horaires du cycle d'ateliers du vendredi soir : 18 et 25 janvier, 8 et 15 février, 8 et 15 mars, 12 avril à 19h30.

Lieu : Jazz Convergence, place Evariste Gras, 13600 La Ciotat

 

Dates et horaires du cycle d'ateliers du jeudi soir : 24 et 31 janvier, 7 et 14 février, 7 et 14 mars, 4 avril à 19h30.

Lieu : Le Grand portique, 18 rue Louis Vignol, 13600 La Ciotat

 

Tarifs pour l'ensemble de l'atelier

(groupe limité à 10 participants)

inscription obligatoire

 

130 € par personne (soit environ 18 euros la séance)

(adhésion à l'association et cahier de suivi pédagogique inclus)

200 € pour le couple

(adhésion à l'association et cahier de suivi pédagogique x 2 inclus)

 

Il est également recommandé de se procurer les livres d'Adele Faber et Elaine Mazlish

« Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » et/ou « Parents épanouis, enfants épanouis » (éd. Relations Plus) avec lesquels vous travaillerez entre chaque rencontre.

 (livres disponibles en librairie ou sur internet. Possibilité de commande auprès de la formatrice au tarif de 18 euros)

 

 

Pour les inscriptions, vous pouvez envoyer un mail à sevmiranda@hotmail.com

 

Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2013 !

 

à très bientôt,

 

 

Séverine Landucci

Formatrice en relations humaines

et communication

0660747315

plus d'infos sur le site www.legrandatelierdesparents.fr

 

Partager cet article
Repost0