Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 16:08

Aujourd'hui est un jour heureux

Le soleil d'or étend ses ailes

L'amour apprend des hirondelles

Un infini jamais sérieux...

 

Ma grande amie Suzel me rejoint ce jour pour me rappeler les moments où je n'étais que poète et chanteur et elle crieuse publique. c'était, il m'en souvient encore, en  l'an 2008.

Aujourd'hui, les disponibilités de Suzel ont fondu comme neige à la Ciotat, mais Suzel, momentanément, me revient, et nous retrouvons instantanément les complicités d'hier.

 

Il n'est pas tant de choses à dire : Exposition d'artistes féminines (ou d'artistes femmes, mais est-ce si important de préciser ? Ma part féminine d'homme et ta part masculine de femme, qu'en fait-on ?), poèmes en argot et des classes populaires, bourse aux armes (citoyens !), le retour de la vélorution, stage de Qi Gong, histoire de la séparation de Ceyreste et de La Ciotat par mon ami Guy Aillaud, exposition de boutis et travaux traditionnels, récital de chant de Sylvie Aveline.

J'ai choisi comme chanson de marins "la Marie-Joseph", immortalisée par les frères Jacques :

link

 

Ça nous a pris trois mois complets
Pour découvrir quels étaient ses projets
Quand le père nous l'a dit, c'était trop beau
Pour les vacances nous avions un bateau

D'un bond d'un seul et sans hésitations
On s'documente sur la navigation
En moins d'huit jours nous fûmes persuadés
Que la mer pour nous n'aurait plus de secrets

(Refrain)
Encore heureux qu'il ait fait beau
Et qu'la Marie-Joseph soit un bon bateau
Encore heureux qu'il ait fait beau
Et qu'la Marie-Joseph soit un bon bateau...

Et pour poème, "îles" de Blaise Cendrars :

 

Iles

 

Iles

 

Iles

 

Iles où l’on ne prendra jamais terre

 

Iles où l’on ne descendra jamais

 

Iles couvertes de végétations

 

Iles tapies comme des jaguars

 

Iles muettes

 

Iles immobiles

 

Iles inoubliables et sans nom

 

Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais bien aller jusqu’à vous

 

Blaise CENDRARS, Feuilles de route (1924)

 

Le petit Killian est avec nous et dira à chaque étape "le bonhomme de neige" de Jacques Prévert

 

Dans la nuit de l'hiver
Galope un grand homme blanc
C'est un bonhomme de neige
Avec une pipe en bois,
Un grand bonhomme de neige
Poursuivi par le froid.
Il arrive au village. il arrive au village.
Voyant de la lumière
Le voilà rassuré.
Dans une petite maison, il entre sans frapper
Dans une petite maison, il entre sans frapper.
Et pour se réchauffer, et pour se réchauffer,
S'asseoit sur le poêle rouge
Et d'un coup disparaît
Ne laissant que sa pipe
Au milieu d'une flaque d'eau,
Ne laissant que sa pipe
Et puis son vieux chapeau...

Jacques Prevert

 

Chez Mestre Rémi, j'arrive seul. Iles est un bon poème d'adresse. Les deux téléviseurs couleurs d'avant la TNT ne trouvent pas preneurs. Par contre, l'annonce de victimes de l'incendie de la résidence La Marine en face des impôts

et cherchant un T3 pas cher interpelle. Les artistes cherchant 400m2 pour installer une tente berbère et y jouer un spectacle ne laisse pas indifférent non plus, mais vec le sourire. Est-ce qu'il reste 400m2 disponible à La Ciotat ?

Enfin, j'ai une seule annonce humoristique, actualité oblige :

 

Suite à la victoire de The Artist aux oscars états-uniens, les chanteurs français voulant faire une carrière internationale ont tous décidé de chanter...sans paroles.

 

J'ai à peine terminé Rue des Poilus que Suzel et Killian me rejoignent. Place sadi carnot, il n'y a personne et le restaurant n'est toujours pas terminé, amenant bruit et poussière.

Nous nous installons donc Carrefour de l'Horloge. Même si le pichot Killian a peu de voix, il dit le poème avec force et nous le chantons après lui. Il y a un peu de monde, déjà.

 

Square Bouissou, nous parlons pour une poignée de personnes, dont une fée bienveillante qui nous communique des numéros de téléphone pour la famille sinistrée, mais c'est à l'angle de l'église Sainte Anne et de la rue Foch que nous retrouvons la foule des grands jours de beau temps. Puis Suzel repart pour d'autres aventures...

 

Sur lemarché, angle avenue Géry et rue Michel Simon,le bonheur est à son comble. les forains m'acuceillent, une dame chante avec moi La Marie-Joseph et la blague sur the Artist fait rire, parfois jaune, car elle n'est pas si innocente que cela...idem angle avenue Géry et rue Pasteur., avec mon compère le marchand, je m'amuse bien et les feuilles de chou s'éparpillent entre les mains des gens.

 

Je termine par les boulangeries  Lévêque, avec l'hombre qui parle de corrida et d'animation et boulangerie Tomas

pour parler de Gainsbourg, du génie et de sa valeur véritable. Est-ce que quelque chose qui plaît au plus grand nombre est génial ?

 

J'ai oublié la bibliothèque !  A midi je déboule et harangue doucement puisqu'en un lieu solennel. Les enfants ici et ailleurs me regardent comme si j'allais leur distribuer des friandises. Oui, mais des friandises...spirituelles !

 

Repost 0
Published by Legrand P. - dans CRIEUR PUBLIC
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 23:55

Aujourd'hui, l'actualité et les annonce shumoristiques me feront parler avec les passants d'écologie :

 

Suite aux nouveaux records du prix des carburants, le gouvernement français plancherait avec Total, Renault et Areva sur une voiture au combustible nucléaire, totalement sûr et très économique.

 

Suite à l’envoi de sangliers et de singes équipés de compteurs Geiger, de GPS et de dosimètres dans la région de Fukushima pour évaluer l’impact de la radioactivité, le Parlement européen envisage d’envoyer des êtres humainss à travers l’Europe munis de colliers de fleurs et de messages d’amour pour  évaluer l’impact de la crise sur le sentiment d’appartenance à l’Europe.

 

Mes deux téléviseurs d'avant la TNT ne suscitent aucun intérêt.  

 

Et pour le reste, avec le don du sang, encore des concerts avec le smusicales de Février, deux expositions, de la poésie, une causerie sur l'Allemagne et un repas de lasagnes au centre social de l'Abeille pour financer un séjour à la neige (bonne idée, surtout si les lasagnes sont bonnes !)  

 

J'ai écrit à nouveau un poème, sur la chaleur en février et ses conséquences :

 

POEME

Du crieur public

Quand il fait chaud en février

La fièvre reprend ses épreuves

L’amour se vêt de lévriers

Chaque parfum est une preuve

 

Ils crient pour débusquer l’été

Auquel jamais  nuire ne peuvent

Ils font vœu printemps d’attaquer

De leurs enjambées déjà veuves

 

-Pourquoi courez-vous donc ainsi

Comme lévriers dans la ville

Laissez les fous dans leur réduit

Et gagnez l’espace tranquille !

 

-Nous courons parce que nous aimons

Les belles dans leur impatience !

Ni les déserts ni les sermons

N’infléchiront notre innocence !

 

Les passants arrivent 33 rue des Poilus. mestre Rémi et Michel sont fièles au poste. la chanson de marin, annonçant le salon nautique dans moins d'un mois, est fameuse.

 

LA DANAË

Ecouter la musique

L'était une frégate lon la, l'était une frégate,
C'était la Danaë, à prendre un ris dans les basses voiles,
C'était la Danaë, à prendre un ris dans les huniers.

A son premier voyage lon la, à son premier voyage,
La frégate a sombré, à prendre un ris dans les basses voiles,
La frégate a sombré, à prendre un ris dans les huniers.

Et de tout l'équipage...
Un gabier s'est sauvé...

Il aborde une plage...
Il savait bien nager...

Mais là sur le rivage...
Une belle éplorée...

Bell' comme une frégate...
Française et pavoisée...

"Pourquoi pleurer la belle...
Pourquoi si tant pleurer...

"Je pleure mon avantage...
Dans la mer est tombé...

Et qu'aurait-on, la belle...
Si on vous le rendrait ?...

Lui en ferait l'offrande...
Avec mon amitié"...

A la première plonge...
L'gabier n'a rien trouvé...

A la centième plonge...
Le pauvre s'est noyé...

Car jamais avantage...
Perdu n'est retrouvé...

 

Chanson que d'aucuns trouveront (et à juste titre) coquine !

 

Place Sadi carnot, degun, mais dès que le restaurant aura ouvert ses portes mi-mars, ce sera un festival !

Carrefour de l'horloge, quelques nouveaux n'osent pas trop s'approcher mais n'en eprdent pas une miette. Et le regard toujours aussi rond des enfants accompagnés du sourire de connivence des mamans !

 

Square Bouissou, seul un couple d'amoureux est là pour m'écouter, mais c'est beaucoup !

 

Boucherie du Maréchal Joffre, peu de monde, même si l'équipe de la boucherie compense en chantant, dansant, frappant avec des ustensiles...

 

dans la rue, je discute avec des artistes sur 400 mètres carrés de terrain à trouver pour l'emplacement d'une tente berbère servant de lieu de spectacle. peut-être proche de la bastide Marin ? En tout cas, si vous lisez ces lignes et voulez accuiellir cette tente berbère, contactez-moi !

 

A l'angle de la chapelle Saint-Anne et de la place Esquiros où des forains sont revenus, je retrouve un bel auditoire et de nombreux saluts.

 

J'entre dans la bibliothèque, et Michèle m'accompagne pour la Danaé. Encore une voix et c'est parti pour une tournée dans tous le sports de la Méditerranée !

 

Boulangerie lévêque place du marché, on discute écologie, prix du carburant et sûreté nucléaire.

 

Angle de l'avenue Géry et de la rue Michel Simon, les forains m'acclament et la Danaé subjugue ! il faut vraiment que j'en reste aux vieilles chansons.

 

Angle avenue Géry et rue pasteur, une dame doit avoir de beaux souvenirs sur cette chanson, elle demeure tout émue. un forain me donne  la réplique et d'autres fredonnent et rient avec moi. cela crée une bonne ambiance qui gagne tout le monde.

 

Je termine par un duo avec la boulangère Tomas et nous parlons avec les clients des Vikings, de Marilyn Monroe et, peut-être, de la fin du monde !

 

Enfin, à mardi prochain on espère !

Repost 0
Published by Legrand P. - dans CRIEUR PUBLIC
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 23:22

Ritupik tente d'invoquer une créature à tête de requin avec des rayures de tigre. cela ne marche pas. Iturir rêve de foncer dans le tas d'ogromocs et de mulmils entre lui et la tour dans laquelle ont disparu Fixas et Gnav, mais il se ravise car ce plan n'a aucune chance de marcher.

 

A l'intérieur, Fixas et Gnav réalisent qu'ils sont en face de deux bassins de lave magique. dans l'un sont créés les ogromocs, dans l'autre les faux Kamitts(autrement plus puissants !)

 

Gnav lance un sort de bonté sur les mulmils qui arrivent et les persuade de se repentir.

 

Ritupik veut invoquer un hydragomaoc avec quatre têtes, une pour chaque élément, mais il échoue et refuse d'ouvrir un portail pour le canard à quatre têtes qu'il aperçoit sur l'île aux esprits.

 

Gnav lance un sort de bonté et stoppe l'évolution de sogromocs. La lave s'apaise.

Fixas endort d'autres Mulmils.

 

Ritupik avale le contenu de la fiole d'invocation primagique et invoque une créature mi-crabe, mi-araignée. Quelque chose le gêne toutefois, car cette créature est apaprue dans son esprit avant qu'il l'invoque. hélas, il l'appelle tout de même et elle apparaît dans toute sa splendeur avec un diamètre de 10 mètres et sept mètres de haut.

"je te remercie, petit mage", lui dit-elle. j'ai à faire !"

Et elle se précipite sur le labyrinthe végétal de Primeville qu'elle commence à déchiqueter.

 

Pendant ce temps, Gnav immobilise les faux kamitt grâce à un nouveau sort de bonté.

Du labyrinthe sort un chênavune géant animé qui attaque le crabaraignoc. C'est un combat de titan. grâce à deux flèches, iturir aide le chênavune à vaincre, mais celui-ci est presque détruit.

 

C'est alors que Kamitt, le vrai, sort de la tour. Fixas et Gnav se cachent. Il ne les voit pas te se dirige vers le chênavune. Iturir se cache derrière celui-ci. D'un geste, Kamitt transforme le chênavune en poussière qui  recouvre Iturir, ce qui fait hurler Kamitt de rire ! Vexé, Itutir essaie de viser l'oeil de Kamitt et lui enlève un morceau dejoue. Au moment où le rayon rouge lancé par kamitt va désintègrer Iturir, un autre rayon, blanc, l'arrête et Svévlagna surgit du labyrinthe. Ritupik essaie de faire oublier à Kamitt ses pouvoirs.  

 

A l'intérieur de la tour, profitant du départ de Kamitt,    Gnav et Fixas se précipitent à l'étage et aperçoivent un grimoire géant juché sur un pupitre de 20 mètres de haut. Fixas, qui a repéré des aspérits dans les murs, se lance à l'assaut et parvient près du livre, qui mesure deux mètres sur deux et pèse 200 kilogs !

Gnav réduit la taille du livre à celle d'un cube de 10 cms de côté.

Fixas met le livre dans sa besace et descend.

 

Au moment où le livre quitte le pupitre, Kamitt commence à faiblir et se fait toucher par le rayon blanc de Svévlagna, qui s'évanouit au même instant. Une voix épouvantable retentit qui fait vibrer tout l'espace, air, murs, terre, plantes...et Kamitt disparaît soudainement.

 

Fixas et Gnav sont engloutis dans la tour. Ritupik sauve Svévlagna d'une faille, puis tout se brouille pour Iturir et lui...

 

Au réveil, nos amis sont dans des lits odorants, dans de ravissnates chambres végétales primevilloises. Svévlagna les félicite, sauf Ritupik qui a été fort imprudent en utilsiant la primagie. Ils er a condamné à trouver trois graines de chênavune. En même temps, cette invocation a amené kamitt à sortir de la tour où il était quasiment invulnérable.

 

Nos amis s'attendent à de grandes récompenses. Kamitt est hors d'état de nuire pour longtemps...    

Repost 0
Published by Legrand P. - dans JEUX DE ROLES ENFANTS
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:51

Le premier tour de garde est pour Pirtu. Le garde d'intérieur de l'auberge se couche derrière le comptoir et lui dit de le réveiller quand elle veut.

 

Fozi et Pirik dorment dans la même chambre, Pitiruk dans une autre. Les négociants en vin, terrorisés, se barricadent dans une autre encore, comme l'aubergiste et sa femme. Deux archers veillent sur la tour.

 

Au bout d'une heure environ, Pirtu entend des bruits. Cela vient de la porte meant à la tour. S'approchant, elle entend des cris. Elle décide d'ouvrir brusquement la porte et, en une fraction de seconde, tire à l'intérieur les deux archers blessés et referme la porte sur le vampire qui a les traits déformés de...Vilalalius ! Elle les sauve d'une mort certaine...

 

Le vampire pousse sur la porte, les gonds commencent à céder. Pirtu demande au garde d'amener les deux blessés légers à l'étage.

 

Alors que la porte cède et propulse Pirtu qui ne doit son salut qu'à une superbe pirouette, la légionnaire appelle à l'aide. Tout le monde sort du lit et met son armure (soit quatre tours, car ils ont tous des armures de métal).

 

Pirtu décide d'esquiver les coups dévastateurs du vampire. Elle y réussit imparfaitement, et en trois coups, voilà son armure déchiquetée et elle-même bien mal en point !

 

Pirik, heureusement, se souvient qu'il est mage et lance un sort sur Fozi et lui-même pour qu'ils s'habillent magiquement immédiatement. Ils foncent au rez-de-chaussée.

 

A ce même moment, le garde d'intérieur, qui a blessé le vampire en profitant de l'acharnement de celui-ci sur Pirtu, est mis hors de combat par une griffe du monstre. Sept mulmils armés jusqu'au dent franchissent l'espace béant de l'ancienne porte de la tour : ce sont des sbires du vampire. Curieusement, l'un deux est le compagnon de Villalalius qui était avec lui dans l'embarcation visée par Pitiruk !

 

Pirik lance un sort de rire sur le vampire et son compagnon. Mais le vampire résiste mais le compagnon rit à gorge déployée et lâche ses armes.

 

Quatre mulmils foncent sur Pirik et Fozi et deux les prennent à revers en contournant les tables.

Fozi réussit à blesser un mulmil et garder l'autre en respect. Pirik est blessé et en mauvaise posture.Pour couronner le tout, la meule qui pesait sur la trappe glisse derrière le comptoir et deux autres vampires en surgissent.

 

Heureusement, Pitiruk surgit à ce moment là et pourfend d'un coup de hallebarde de la pierre noire les deux mulmils qui s'apprêtaient à prendre ses amis à revers. Les deux archers commencent à tirer sur les mulmils et le vampire.

 

Celui-ci se tourne alors vers eux et Pirtu en profite. D'un coup magistral de hallebarde, elle blesse grièvement le vampire. Celui-ci se transforme en chauve-souris et commence à s'enfuir...un deuxième vampire bondit de derrière le comptoir sur la table près de Pitiruk et tous deux s'affrontent. Un troisème saute sur Fozi. mais les archers criblent de flèches le deuxième vampire qui s'enfuit derrière le premier. Quant au troisième, alors qu'il allait déchiqueter Fozi, il est assomé par Pirtiruk et se retransforme en mulmil !  Deux mulmils blessés essaient de s'enfuir à la suite des vampires, mais Pirik crée une cage sur eux et le compagnon de Vilalalius.

 

Le calme revient à l'intérieur de l'auberge fortifiée...

Repost 0
Published by Legrand P. - dans JEUX DE ROLES ENFANTS
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 15:29

Quand chante le redoux

Les Ciotadens reviennent

Le pot-au-feu, le chou

Nous quittent avec peine.

 

Aujourd'hui, le redoux est arrivé. Tout le monde est heureux comme au Printemps. Dire que l'hiver devait durer jusqu'à fin février !

Enormément d'annonces à dire, Saint Valentin oblige ! Les deux expositions d'Ombre et Lumière et des instruments de Provence d'André Gabriel.

Rien qu'aujourd'hui, il y a pléthore : conférence sur le champagne, veillée à l'ancienne, film "les nouveaux chiens de garde", concert de jazz, et conférence sur les séismes.

Puis l'heure du conte à la bibliothèque, le débat citoyen sur la médiathèque et le théâtre municipal, l'histoire des chiffres de 3000 avant JC à nos jours, le concert des professeurs du conservatoire de musique, une comédie "même jour, même heure et un concert d'orgue accompagné d'une chorale.

Et puis, merci à Angèle pour ses contributions à la célébration de la Saint-Valentin :

Aimer, c'est accepter les défauts de l'autre.(Angèle)

 

Les gens n'ont pour points communs que leurs différences. (cité par Angèle)

 

Et les annonces : on donne deux téléviseurs couleur (me contacter au 06 28 48 48 88) et une banquette blanche en bois.

 

Comme chanson pour la Saint-Valentin, j'ai choisi les filles du bourg de Redon :

Y'a core 10 filles dans l'bourg de R'don

Qui tapent du pied quand l'amour les prend

Tapent du pied, sautent en rond

Comme des grenouilles dans un ruisseau.

Y'a core 9 filles dans l'bourg de R'don...

Chanson très rythmée !

 

Et j'ai un petit poème, également pour la Saint-Valentin :

Il n'y a pas de couleur

Puis il y a la Femme

Dans un monde aux cris colorés.

 

Chez Mestre Rémi, l'accueil commence bien, avec des blagues conséquentes :

suite à la proposition de Nicolas sarkozy d'un referendum sur les droits des chômeurs , l'Alliance royale, parti royaliste français, aurait proposé de lancer un referendum sur le servage et le rétablissement des privilèges de la noblesse.

 

Suite à la condamnation en Italie de deux responsables de la société Eternit pour empoisonnement par l'amiante et le refus de la justice française de condamner les responsables dans notre pays, tous les français victimes de l'amiante survivants envisageraient de demander la nationalité italienne.

 

Je n'oublie pas que je suis à La Ciotat, avec les victimes de l'amiante des chantiers navals.

 

Place Sadi carnot, les occupants de Des côtés cafés m'invitent à rentrer leur dire les bonnes nouvelles.

 

Carrefour de l'horloge, les dames et demoiselles apprécient la chanson, sauf une jeune fille qui a l'air de trouver cela très osé...

 

Square Bouissou, le Père Noël a disparu et quelques personnes se demandent si le prochain referendum n'est pas en effet prévu pour rétablir le servage. Un monsieur me dit qu'il est Italien, qu'il a travaillé dans les chantiers navals et qu'il n'a droit à rien.

 

Dans la boucherie de la rue Joffre, la chanson fonctionne bien, le poème également. Le film sur les nouveaux chiens de garde semble alerter la plupart des clients et le débat est lancé sur la médiathèque. Les pensées d'Angèle déclenchent une belle discussion.

 

Angle de la rue Joffre et de l'église Sainte-Anne, un monsieur équipé d'un poumon artificiel sourit à l'évocation de l'amiante, puis repart dans ses pensées tristes. Je n'ose pas l'aborder...Angèle fait encore parler d'elle. Tout le monde semble d'accord pour accepter les défauts de l'autre.

 

Boulangerie Lévêque, je discute avec une habituée et un monsieur hispanophone sur le rythme de la chanson.

 

Sur le marché, c'est le triomphe avenue Géry : les cinq forains alentours m'encouragent et m'applausissent, aidant le public à venir. Une dame originaire de La Ciotat et y revenant souvent s'intéresse aux nouveaux chiens de garde.

 

J'ai oublié la bibliothèque ! Je rebrousse chemin. On a laissé une annonce pour moi. On donne une vieille encyclopédie Universalis !

 

Enfin, je termine à l'angle de la rue Pasteur et de la rue Géry, avec un forain qui joue les animateurs. On me complimente sur ma voix et sur le poème.

 

Arrivé devant la boulangerie Tomas, je constate qu'elle est fermée.Je glisse donc la feuille de chou entre les grilles.

 

  A la prossima volta !

Repost 0
Published by Legrand P. - dans CRIEUR PUBLIC
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 14:46

Nos amis constatent les dégâts : Primeville et son labyrinthe végétal protecteur sont enceclés par un camp mulmil formé de nombreuses tours, dont la tour de 40 mètres de haut de Kamitt le vrai. Gnav cherche une créature qui pourrait être le pendant de Kamitt dans la bonté. Il trouve : l'elicornoc, sorte de licorne pouvant se transformer en lignil aux oreilles pointues.

A force d'observer le camp, nos amis sont repérés et une dizaine d'ogromocs et une quinzaine de mulmils se dirigent vers eux. Grâce au reste du souffle de dracomoc de Ritupik, des flèches d'Iturir et de Fixas, la quasi totalité des ogromocs est hors de combat.

C'est alors que les mulmils envoient leurs javelots sur nos héros. Ritupik et Gnav sont blessés et s'évanouissent. Iturir est blessé également, son manque d'armure se faisant cruellement ressentir. Ni une ni deux, Iturir prend Ritupik sur ses épaules et Fixas Gnva. Ils s'enfuient dans la forêt proche, poursuivis par les mulmils.

Tandis qu'Iturir sème les poursuivants, Fixas trébuche et blesse encore plus Gnav. Les voici entourés de Mulmils. Heureusement, Fixas se souvient qu'il est lié à l'esprit du repos et il commence à regarder dans les yeux les Mulmils. deux Mulmils s'endorment, mais un autre assomme Fixas par derrière !

Ne voyant plus Fixas, Iturir se décide à rebrousser chemin. Gnav se réveille grâce à l'esprit de la bonté et invoque une créature végétale de quatre mètres de haut avec des bras en marteau de bois. Il l'envoie récupérer Fixas et Ritupik que les mulmils emmènent vers le camp. Malgré les efforts de la créature, celle-ci croule sous le nombre et les Mulmils pénètrent dans la tour.

Là, derrière un muret, d'étranges têtes et membres s'agitent dans la lave en fusion, près du Kamitt qui leur tourne le dos.

Les mulmils sont sur le point d'envoyer Fixas par-dessus le muret lorsque celui-ci se réveille grâce à l'Esprit du Repos et frappe  avec son glaive (seule arme qu'on ne lui a pas enlevé (manquent sa hallebarde de cristal, sa sarbacane et son arc). Le mulmil s'effondre. D'un coup de pied bien placé, Fixas élimine un autre adversaire.

Gnav, quant à lui, se réveille grâce à l'Esprit de la Bonté, au moment où il est projeté par-dessus le muret. Grâce à un sort de contrôle, il se soulève et repart vers la sortie, au grand ébahissement des mulmils présents.

Pendant ce temps, Iturir et Ritupik se demandent comment aider leurs amis. Ritupik énumère les créatures qu'il peut invoquer...

Repost 0
Published by Legrand P. - dans JEUX DE ROLES ENFANTS
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 15:41

Pour ces vacances d'hiver, le Grand Portique propose un stage de jeux de rôles pour enfants de 11 à 15 ans.L'animateur en est Frédéric Ganga, Président-fondateur des Créateurs de Rêves de Montmartre.

 

Du lundi 5 au vendredi 9 mars, de 14 à 16H, venez découvrir l'univers médiéval-fantastique autour d'une table ! Les plateaux, figurines et dés sont fournis.

 

A l'issue du stage, l'enfant sera en mesure de faire jouer ses parents et amis au jeu de rôles.

 

PAF : 40 euros, dont 10 euros d'adhésion à l'association Le Grand Portique.

20 euros sont payables par chèque culture latitude 13.

 

Repost 0
Published by Legrand P. - dans JEUX DE ROLES ENFANTS
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 21:56

Une journée plus tard, nos amis arrivent à l'auberge fortifiée au Nord de Primeville. Ils ont le choix entre continuer jusqu'à la nuit et dormir dans la forêt pour atteindre Primeville en milieu de journée ou s'arrêter à l'auberge et arriver le lendemain soir ou à la nuit à l'université royale.

Finalement, Fozi tient à sa sécurité et son confort et les autres acceptent de passer la nuit à l'auberge.

Il y a là un soltis et trois mulmils attablés qui parlent à voix basse dès qu'ils entrent. Le soltis est vêtu d'une robe de bure surmontée d'un capuchon vert et les trois mulmils sont lourdement armés et deux ont des armures de bois, l'autre une armure de métal. Nos héros commandent des sanglomocs aux cèpavunes et mangent avec appétit.

Une heure plus tard, le soltis paie l'aubergiste et sort. Fozi se précipite dehors, suivi des autres. Les trois mulmils rejoigent le sotis que Fozi questionne.

"- Bonjour, qui êtes vous !

-Je suis un archéologue. Je me nomme Vilalalius.

- Que faites-vous ici ?

-mes amis et moi sommes envoyés par dame Svévlagna de l'université de Primeville. Nous récupérons des objets sacrés ksims dans des mausolées. Nous y allons la nuit car c'est plus facile"

 

Fozi ne se laisse pas impressionner par le lascar et lui demande son laissez-passer. Celui-ci fait mine de chercher dans sa robe, et lance, imité par ses compagnons, une poudre au visage de son vis-à-vis avant de s'enfuir.

Fozi pleure et suffoque. Pirik pare le jet avec sa manche, Pirtu et Piturik réagissent. Pirtu tire dans la jambe d'un mulmil et le blesse. Pitiruk court derrière les fuyards.

Pirtu rattrape le fuyard qui s'était caché derrière un arbre. Elle le maîtrise et le ramène près de Fozi qui a récupèré. Pirik, qui a commencé à poursuivre les fuyards, revient bientôt car il  les a perdus de vue.

Un bref interrogatoire et le ton menaçant de Pirtu convainquent le mulmil de parler. Il explique qu'ils sont des pillards et que Vilalalius prend la moitié du butin et les trois mulmils, qui sont ses hommes de main, autant. Il explique qu'ils y vont la nuit parce que les ksims ne surveillent pas leurs mausolées la nuit. Puis, devant l'insistance de Fozi qui ne croit pas à cette explication, il se met à pleurer et avoue :

"C'est Vilalalius qui nous a obligés ! Il nous a fait boire un liquide qui nous transforme en vampire la nuit !"

Pirtu, Fozi et Pirik décident d'enfermer le mulmil-vampire. le patron a les cheveux qui se dresse sur la tête quand il entend leur histoire. Il décide de l'enfermer dans sa cave, entre les patatavunes et les barriques de vin. Pour être sûr que le mulmil ne s'échappe pas, ils décident de placer une vieille meule de pierre sur la trappe, aidés par des négociants en vin soltis.

 

Pendant ce temps, l'intrépide Pitiruk poursuit les fuyards. Un brigand se cache derrière unnarbre pour le surprendre. Piturik essaie de le blesser à la jambe mais le mulmil l'évite. Pitiruk décide de ne pas l'affronter et de prendre le risque de perdre les deux autres, qui semblent être les plus importants.

Il les aperçoit ! Ils sont dans une pirogue en train de traverser un lac. Il essaie de viser sous la ligne de flottaison, mais rate encore sa cible. Le soltis lance un sort : une vague emporte la barque hors de portée d'arc. 

C'est alors qu'il entend siffler une lame à ses oreilles. C'est le mulmil qu'il a oublié en route. d'extrême justesse, Il évite le choc et désarme son adversaire. Puis il l'emmène à l'auberge. Voilà un deuxième prisonnier dans la cave !

Ces deux arrestations (Fozi évalue le vol d'objets sacrés à 10 ans de prison environ) permettent à nos héros de récupèrer différents objets :

Pirtu récupère 1 corde de 3 mètres, 3 torches, 1 briquet à silex, 1 boîte d'amadou, 1 outre de 3 litres de mauvais vin, 1 outre de 5 litres d'eau, 1 gobelet en fer, 1 cuiller et 1 couteau, 1 poignard, 1 fronde et 5 billes et 1 épée.

Fozi récupère 1 fiole, 1 corde de 3 mètres, 1 outre de 5 litres d'eau, 1 grappin, 1 bol et 1 cuiller en bois, 1 couteau, 1 poiganrd, 1 fronde et 4 billes et 1 épée.

Nos amis s'apprêtent à monter la garde près de la trappe cette nuit...

 

 

 

Repost 0
Published by Legrand P. - dans JEUX DE ROLES ENFANTS
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:58

Deux jours de neige à La Ciotat

Ce serait la première fois

La meilleure preuve de cela ?

On en parle sur FR3 !

 

Et je n'ai pas chanté "tombe la neige", comme on me le reprochera à la boulangerie Tomas, mais "Pauvre Rutebeuf, repris du voeux français :

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Oh vent d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière...

 

Cette semaine, exposition du club ombre et lumière et d'André gabriel, récital de jazz de Pierre Cammas ou en hommage à Chet baker, pièce d ethéâtre pour enfants "le bruit des couleurs", film sur saint-jacquues de COmpostelle et départ de la dernière étape du tour méditerranéen.

 

J'ai écrit un petit poème :

 

 

Février vous écoute, les gens !

Vous craigniez d’être privés de froid

Que la neige eût chemin trop étroit

D’oublier vos bonnets et vos gants !

Mais février est venu soudain

Vous rassurer dans vos maisons

Le temps ne change point mais on

Veut croire au bon rire du destin !

Mouchez-vous mais avec élégance !

Frottez-vous de l'amant à l'amante !

Chauffez-vous sans craindre l'indécence !

Les voisins souriront sans attente

Et prendront le chemin du lit blanc

Février fait se fermer les portes

Février fait se livrer l'accorte

Février fait naître les enfants !

6 février 12H02

 

Et les annonces humoristiques sont d'une évidence rare :

 

Suite à une étude britannique montrant que le tabagisme accélère le déclin mental dess hommes dès l'âge mûr, le gouvernement français a commandé au même laboratoire une étude pour déterminer les effets d'un abus de jeu vidéo sur les jeunes gens.

 

Suite à l'annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles françaises par la chancelière allemande Angela Merkel, Barack Obama aurait demandé au premier ministre Wen Jiabao de soutenir sa candidature pour les élections états-uniennes.

 

Aujourd'hui, les quelques personnes quis 'arrêtent ne le font pas par courtoisie !

 

Rue des Poilus, on me salue.

 

Place Sadi Carnot, pas un chat, si ce n'est les propriétaires du futur café de la place qui m'offriront des cafés dès mi-mars. Cette place va devenir la parure du centre-ville.

 

Carrefour de l'Horloge, un peu de monde tout de même. L'exposition d'instruments de musique fait recette. André Gabriel est reconnu. une dame me féléicite pour mon poème : "on dirait du Guillaume Apollinaire !"

 

On est en train d'enlever le Père Noël au square Bouissou. D'affreux méchants  pas beaux avec un camion et une grue. Je questionne une pitchounette : "pourquoi enlèvent-ils le papa Noël ?" Et DIeu, dans tout ça ?

 

L'affluence, c'est la boucherie de la rue Joffre. Pour une fois, le calme l'emporte. les gens ont l'air heureux de me voir et j'ai même droit à des remerciements "pour la poésie".

 

Au coin de l'église Sainte-Anne, l'affluence augmente. Une dame attend la fin de mes explications. Elle accepte ma feuille de chou.

 

Sur le marché, le sourire des commerçants m'aide à me tenir debout dans le froid. la voix commence à s'user. J'accomplis mes deux stations avenue Géry, derrière le cinéma et à l'angle de la rue pasteur où je découvre...un hâvre ensoleillé ! Les commerçants, privés de clients, ont tout le temps de m'écouter et discuter.

"Salut, saltimbanque, m'apostrophe le marchand tripier. Car c'est bien comme cela que l'on disait, n'est-ce pas ?"

J'acquiesce et file à la boulangerie Tomas pour un final en douceur...

 

 

Repost 0
Published by Legrand P. - dans CRIEUR PUBLIC
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:23

Gnav se lance dans une superbe tirade :

Kamitt, peut-être que tu me tueras, mais n'oublie pas que tu n'es pas invincible. Tu ne triompheras pas contre la bonté, la solidarité...

Kamitt lui lance une pierre qui l'assomme et détruit son armure de cristal. Fixas évite une autre pierre et Iturir se croit malin en parant la pierre avec sa hallebarde de cristal qui se casse sous le choc.

 

Pendant ce temps, à force de patauger dans la cendre de l'auberge fortifiée, Ritupik découvr eun objet sous ses doigts et le porte à ses yeux : un coffre ! A l'intérieur, 6 fioles superbes violettes et étiquettées en soltis :

- élixir d'altération

- élixir de destruction

- élixir de contrôle

- élixir de création

- élixir d'invocation

- souffle de dracomoc.

 

Ritupik avale d'un trait l'élixir de destruction. Il se sent alors possédé par une envie de tout détruire autour de lui. il s'avance vers des Mulmils et les réduit en poussière, créant à l'endroit où ils se trouvaient un vaste cratère, la transformation des petits végétaux en sable et le dessèchement de tous les arbres aux alentours. Horreur ! C'est de la primagie. Mais Ritupik ne s'arrête pas là et massacre d'autres Mulmils. L'ordre de cristal ne va pas le tolérer très longtemps.

 

Pendant ce temps, Iturir réfléchit (eh oui, cela lui arrive !). Il réalise que ce Kamitt-là n'est pas le vrai. Son visage est plus grossier, les flammes de son corps sont brunes et grises au lieu d'être oranges et rouges, et il se contente de jeter des pierres sans pouvoir bouger. Fixsas et Iturir lancentd es flèches sur le faux Kamitt. La flèche de Fixas le blesse légèrement mais celle d'Iturir qui agit de façon désordonnée  le dissipe instantanément.  Ganv se réveille. Un médaillon rougeâtre tombe par terre à l'endroit où le faux Kamitt s'est évaporé. Iturir se précipite pour donner le médaillon à Gnav. Erreur ! Le médaillon commence à l'aspirer. Fixas se précipite pour retenir son ami. Gnav analyse magiquement le médaillon ets e rend compte qu'il s'agit d'un mini-seuil de téléportation, conduisant certainement vers la créature maléfique qui a signé un pacte avec Kamitt. Finalement, Gnav jette su sortilège sur le médaillon pour l'affaiblir. Itutir et Fixas tombent lourdement en arrière et le médaillon tombe en poussière, poussière que Gnav récupère dans une fiole. il envoie également une créature mi-lignil mi-faucon, avec des pattes d egazelles, des pieds de tigre et une tête de cochon (au lieu de dragon !) chercher Ritupik. Celui-ci vient juste de proposer à des Mulmils de l'amener à Primeville et de les transformer en poussière encore uune fois car ils ont voulu prendre les 50 soltis d'or proposés dans lui rendre service. La créature lui demande de monter sur son dos pour rejpoindre Gnav. Ritipuk accepte.

 

Retour vers Primeville. cette fois, ce sont trois faux kamitt qui se dirige vers nos amis. Mais Ganv poursuit ses analyses magiques et se rend compte que seul le Kamitt du milieu est puissant. Des flèches de Fixas et Iturir supprimment rapidement les deux plus faibles. Ritupik arrive. Le Kamitt restant envoie une boule de feu sur Gnav qui le brûle et l'aurait tué sans l'esprit de la bonté. Idem pour Ritupik qui a eu juste le terms de boire l'élixir de souffle de dracomoc et de souffler. Une deuxième boule de feu sur Iturir détruit son armure de cristal, mais le Kamitt restant, impressionné par le souffle de dracomoc raté de Ritupik qui est devenu un feu d'artifice géant, bat en retraite...

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Legrand P. - dans JEUX DE ROLES ENFANTS
commenter cet article

Présentation

  • : LE GRAND PORTIQUE, SOYONS CURIEUX !
  • LE GRAND PORTIQUE, SOYONS CURIEUX !
  • : Infos des animations proposées par l'association éponyme sur l'ouverture au monde.
  • Contact

Recherche