Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 16:20

CHANGEMENT DE PROGRAMME !

Dans notre atelier de jeu de rôles, nous commençons ce lundi 28 novembre 2011 à nous séparer en deux tables, une animée par l'adulte responsable de l'atelier, l'autre par un jeune. C'est Jérémie et Paco qui dirigeront le scénario à tour de rôle jusqu'aux vacances de Noël.

 

SCENARIO DE FREDERIC GANGA, L'ADULTE

Les héros rentrent à Primeville, et sont accueillis par Svalégna, la maîtresse érudite, qui leur donne un grade supplémentaire, sauf Gorgatt et Gnav qui deviennent hauts colonels. En effet, lorsqu'ils passeront généraux, ils devront assumer des responsabilités sur le front...

Svalégna leur avoue qu'ils ont maintenant une autre stature et que leur groupe peut être divisé en deux :

Premier groupe avec Fixas, Iturir, Gnav et Ritupik

Deuxième groupe avec Zagzas, Zigzam, Gorgatt, Jesz et Snéva.

 

Les deux maîtres leurs proposent de rejoindre l'ordre de cristal ou la pierre noire. Fixas rejoint la pierre noire, Iturir l'ordre de cristal, sous surveilllance, car il en avait été radié ! Snéva et Zigzam préfèrent garder leur indépendance.

 

Le premier groupe se voit assigner la tâche de ramener mort ou vif un individu qui commande aux ogrocs près d'un village. téléportés, ils s'enfoncent dans la forêt avant de se faire attaquer. Agrandi par Gnav, Fixas tue deux ogrocs. Iturir, qui se débat avec le sien, réussit finalement à assommer le sien. Gnav va parler aux villageois qui leur font fête, mais n'ont plus de nourriture. "De plus, disent-ils, les ogrocs ont exigé toute notre nourriture et maintenant nous tirons à la courte paille pour savoir qui va leur servir de repas..."

 

 

SCENARIO DE PACO ET JEREMIE, COLLEGIENS

Nos aventuriers ont reçu une nouvelles mission ils doivent retrouver un mage piturik  perdue dans un univers parallèle . Nos aventuriers sont donc partit ils arrivent dans un charmant village mais les paysans sont en colère contre le mage du village Snéva disperse les villageois en imposant sa forte carrure . Le mage apprends au aventuriers que un champs de fleur à poussé près d’une grotte ravagent les champs des paysans Zagzas pense que cela peut être une piste ils se rendent donc à se champ arrivé là bas une force mystérieuse les attirent dans une grotte arrivé dans cette grotte ils sont victimes d’illusions rapidement dissipés par Gorgath.

En progressant nos amis arrivent dans une grotte remplis d’or d’objet magique etc. Snéva ,Zagzas et Zigzam pensant à un piège ne prennent rien contrairement à Gorgath et Jesz qui prennent de l’or mais plus loin l’or ce transforme en métal en fusion ils arrivent enfin devant une salle quadrillé où git un piturik affaiblit quand nos aventuriers marchent sur le quadrilage un double maléfique apparaît Snéva se bat contre son double à coup d’hallebarde mais ce fait repoussé contrairement à Gorgath qui entame un duel aérien grâce à son amullette de lévitation et arrive à blessé son double, Jesz 

lui combat à l’aide de Luzarya ce qui provoque une explosion dévastatrice nos Aventuriers réussiront àvaincrent leurs doubles…

         

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 15:45

J'aurais voulu chanter ce Thibault de Champagne

Mais l'air en est trop fin pour mon grossier gosier

Je remise au printemps ces joutes, si je gagne

Je chanterai pour vous, primevères épiées.

 

Donc, pas de Thibault, mais du Montéhus et sa butte rouge, en l'honneur des communards, d(aucuns diront des poilus mors sur les nombrueses buttes rouges de la guerre de 14 :

 

Sur c'te butte là, y avait pas d'gigolette,
Pas de marlous, ni de beaux muscalins.
Ah, c'était loin du moulin d'la galette,
Et de Paname, qu'est le roi des pat'lins.

C'qu'elle en a bu, du beau sang, cette terre,
Sang d'ouvrier et sang de paysan,
Car les bandits, qui sont cause des guerres,
N'en meurent jamais, on n'tue qu'les innocents.

La Butte Rouge, c'est son nom , l'baptème s'fit un matin
Où tous ceux qui grimpèrent, roulèrent dans le ravin
Aujourd'hui y a des vignes, il y pousse du raisin
Qui boira d'ce vin là, boira l'sang des copains

Sur c'te butte là, on n'y f'sait pas la noce,
Comme à Montmartre, où l'champagne coule à flôts.
Mais les pauv' gars qu'avaient laissé des gosses,
I f'saient entendre de pénibles sanglots.

C'qu'elle en a bu, des larmes, cette terre,
Larmes d'ouvrier et larmes de paysan,
Car les bandits, qui sont cause des guerres,
Ne pleurent jamais, car ce sont des tyrans.

La Butte Rouge, c'est son nom , l'baptème s'fit un matin
Où tous ceux qui grimpèrent, roulèrent dans le ravin
Aujourd'hui y a des vignes, il y pousse du raisin
Qui boit de ce vin là, boit les larmes des copains

Sur c'te butte là, on y r'fait des vendanges,
On y entend des cris et des chansons.
Filles et gars, doucement, y échangent,
Des mots d'amour, qui donnent le frisson.

Peuvent-ils songer dans leurs folles étreintes,
Qu'à cet endroit où s'échangent leurs baisers,
J'ai entendu, la nuit, monter des plaintes,
Et j'y ai vu des gars au crâne brisé.

La Butte Rouge, c'est son nom , l'baptème s'fit un matin
Où tous ceux qui grimpèrent, roulèrent dans le ravin
Aujourd'hui y a des vignes, il y pousse du raisin
Mais moi j'y vois des croix, portant l'nom des copains.

Et un beau poème italien, hélas très récent d'Annalisa COMES, italienne et francophile, que je ne peux hélas pas recopier ici, juste un petit extrait :

(...)

Un serveur du Sud

roule son accent italien

et écrit avec application le plat du jour :

je voudrais manger avec cet homme

tous les jours de ma vie.

 

 Ca ne sent pas encore Noël dans les rues de La Ciotat.  Il y a peu de choses à dire, la Sainte-Barbe, le téléthon, le village de Noël à la jardinerie de Saint-Jean, la soirée sur l'Inde au Grand Portique, la soirée porte ouverte à Jazz Convergences, les rencontres d'Athélia (trouver un emploi en tant de crise, quel emploi et quelle crise ?)

 Je me rends benoîtement chez mestre Rémi dans sa boutique Aventuris. Il y a peu de gens ce matin, mais il vont aimer mes blagues. devant chez Rémi, c'est un peu l'échauffement, c'est là où je conctate l'état de ma gorge. Aujourd'hui, le rhume l'altère. Et rien dans ma boîte aux lettres !

 

 

Suite à l’augmentation de 38% du chômage en France entre 2008 et 2011, le gouvernement aurait décidé de ne payer qu’une allocation chômage sur deux, par tirage au sort..

 

Suite à l’annonce de la candidature de Vladimir Poutine en Russie après deux mandats de président et un mandat de premier ministre , Jacques Chirac aurait décidé de se représenter aux élections présidentielles de 2012.

 

Place Sadi carnot, la terrasse de Des Côtés Cafés est pleine et, à côté des habitués, j'en vois qui découvrent le crieur. je salue M. Bonnifay, le fleuriste, que je suis heureux de le voir prendre du bon temps pendant qu je travaille ! Je le fais donc applaudir. Combien de déclarations d'amour a aidé cet homme-là ? Après l'éboueur, le fossoyeur et le médecin, je tiens le fleuriste pour un des êtres les plus essentiels de notre société.

Carrefour de l'horloge, on passe sans s'arrêter, à part une dame qui dévore le poème de l'oeil. La jardinerie de Saint-Jean a ses adeptes.

Le Père Noël me barre le square Bouissou. On ne va pas se battre, je suis plus vieux que lui et donc plus sage : sacré bonhomme vert puis rouge !

Dans ma boucherie de la rue Joffe, le tintamarre reprend ses droits. C'est encore une femme, puis une autre, qui m'écoute attentivement.

Ah, l'excellent repaire à l'angle de la chapelle sainte Anne ! C'est l'endroit des sidérations. On discute sur mes dires alentours. Une dame me montre à sa voisine de l'air de déclarer : mais oui, on a un crieur à La Ciotat...

Après une discussion avec un Monsieur dans la boulangerie Lévèque sur la politique en France, je reprends position avenue Géry, attendu par mes forains favoris. Là encore, il y a du monde et les blagues font mouche. Ma blague sur les allocations chômage a été, apparemment, déjà traitée par Guédigian dans son dernier film. Qui m'offre la place pour aller le voir ?

A la boulangerie Tomas, c'est avec enthousiasme que trois dames me proposent de venir à midi moins le quart le mardi 6 décembre chanter avec elles les vendanges de l'amour de Marie Laforêt.

Je vous y donne rendez-vous ! Chiche ! j'apporterai plusieurs feuilles avec les paroles !

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 21:07

Arrivés devant les imposantes murailles de Marilleville, nos héros emboîtent le pas à ce quy'il reste de la 2ème légion, célèbre pour s'être sacrifiée et avoir ainsi permis la construction de la forteresse ultime.

A l'intérieur, tout est rigoureux et dans les tons noir et gris.

 

Un soldat demande aux héros de laisser leur chariotte et leurs montures à l'entrée de la ville, mais il s'aperçoit de la véritable nature de celles-ci et s'étonne que les montures d'un chevalier de la pierre noir et d'un chevalier de l'ordre de cristal soient entre les mains de forains. Il appelle son lieutenant, Salius, et Fozi se dépêche de sortir don laissez-passer inpérial.

 

Vite, on les amène dans la tour des gardes et ils ont droit à la délicieuse nourriture réservée aux officiers. Il faut attendre le duc de Marilleville car celui-ci est parti sur le front.

 

Un peu plus tard, on vient les chercher. C'est le conseiller magique du duc lui-même qui leur annonce que le duc est parti à la chasse aux gobocs et qu'il les attend dans la forêt pétrifiée.

 

Nos amis ne sont pas mécontents de remettre leurs armures et leurs grades impériaux

 

Au lieu d'une joyeuse troupe de chasseurs, ils ne voient que le duc, son garde du corps mulmil et deux maîtres, l'un d el'ordre de cristal et l'un de l'ordre de la pierre noire. "Nous sommes au complet", dit le duc en les voyant. Aussitôt, les créatures enfermées dans le coffre s'échappent de celui-ci et disparaissent dans la lame de son épée.

 

Le duc ajoute : "nous allons essayer de détruire un de ces maudits vers des glaces" qui nous attaquent sur le front, sur les monts des premiers. Attention, ne vous mettez surtout pas sur leur flanc, car leur queue est redoutable.

 

Les deux maîtres découvrent très vite un trou de ver.

Tout le monde se met en position de combat, sauf Pitiruk qui décident de s'éloigner. mal lui en prend ! Il est attqué par la queue d'un ver de 15 mètres de long et ne doit son salut qu'à un saut époustouflant.

 

Le reste du combat se passe entre le conseiller magique qui crée des protection autour du duc, Pitiruk qui tire des flèches, les deux maîtres qui frappent le monstre et l'évitent à grands coups de sauts périlleux et le duc qui se concentre sur son épée qui rougeoie,.

 

Pirik essaie de détruire le monstre, Fozi l'attaque héroïquement mais se fait avaler ! heureusement, c'est le moment où l'épée du duc est arrivée à l'incandescence. le duc, d'un coup, tranche le monstre en deux ; Fozi est expulsé dans un grand flot de sang verdâtre.

 

Vite, il faut s'enfuir avant que d'autres vers n'arrivent.

 

A Marilleville, on exhibe la tête et la queue-dard du monstre que le duc a rapportées. Le duc et les maîtres nomment Pirik et Fozi  commandants, Pitiruk capitaine, et Pitiruk devient chevalier d el'ordre de la pierre noire. Un grand banquet a lieu...

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 22:14

Pascale et Alexandre connaissent l'Asie de longue date, notamment l'Inde.

 

Récemment, ils ont parcouru ce pays-monde avec leurs deux enfants et en ont tiré une belle expérience qu'ils essaieront de partager avec nous le samedi 3 décembre à 18H au Grand Portique.

 

image-Inde.jpg

 

Cette présentation sera également le prélude à un voyage de dix personnes que Pascale accompagnera du 15 au 31 mars 2012.

 

Venez nombreuses et nombreux (enfants bienvenus !) pour ce voyage du coeur et de l'esprit !

 

Entrée libre.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 22:09

Mardi 22 novembre, je me suis trituré les méninges pour trouver une chanson. Celle que j’ai finalement choisie nécessitait trop de temps. Vous l’aurez donc la semaine prochaine.

Cependant, suite à la grève des poubelles, j’ai voulu célébrer d’un poème cet épisode ordinaire de notre monde d’appels d’offres et de mieux-disant, où le salarié ne retrouve que rarement son compte :

 

POEME

 Du crieur lui-même !

Novembre à La Ciotat

A des airs de poubelle

Le pauvre a ses tracas

Le riche ses rebelles

Les rats ont le pouvoir

En costume le jour

En griffe à la nuit noire

Du grand roi triste cour

 

Sur la côte d’azur

Ca sent l’argent facile

Prélevé sur blessures

Fin de mois difficiles

 

Sur la côte de rien

Le bourgeois s’interroge

Quel moderne vaurien

Fera tomber la toge ?

 

Les voisins se querellent

Et la noce attendra

Novembre à La Ciotat

A des airs de poubelle.

 

Cela sera la base des discussions principales. Apparemment, nombre de gens sont renseignés. Les éboueurs ne sont plus payés, ou ils sont moins payés ; leur entreprise a envoyé (je confirme, j’étais là dans la rue Vignol lorsque cela s’est produit) des camions pour casser la grève et les grévistes les ont renvoyés d’où ils venaient.

Il y a bien quelques personnes pour dire qu’il est scandaleux de laisser les poubelles et les rats envahir les rues, mais la plupart aimerait en savoir plus sur le contrat et les motivations de l’entrepreneur voyou. Car tout le monde s’entend pour dire que c’est un travail bien utile, éboueur !

Cette semaine est marquée par l’annonce de la superproduction des Pénitents bleus, Louis Sciarli, « le photographe du vrai », que j’irai questionner sur le sujet. Il y a aussi le concours de photographies de la galerie Léo Lagrange à l’Escalet, la conférence de l’association IRIS au CIQ Saint-Jean, la nuit des sports et la soirée « femme solidaires », ainsi qu’un insolite 70ème anniversaire de Pearl harbour, le festival Emile Ripert et, d’une énorme importance, le marché aux jouets de Noël qui a lieu ce samedi 26 novembre, alors que, d’ordinaire, c’est en décembre. Après les poubelles, c’est cette annonce qui aura le plus de succès.

Chez mestre Rémi, 33 rue des Poilus, les sourires commencent, également dûs à mes deux blagues du jour :

Suite au record mondial de la dette publique par les Etats-Unis d’Amérique, qui vient de dépasser les 15000 milliards de dollars, les gouvernements grecs et italiens auraient proposé leurs services pour la ramener à un niveau raisonnable.

 

Suite à la proposition de Yannick Noah de légaliser le dopage, Lance Amstrong, Floyd Landis, Alberto Contador et bien d’autres ont décidé de constituer une ligue pour un sport digne (LSD).

Place Sadi Carnot, malgré le peu de monde, j’ai droit à l’assentiment du public.

Ce sera le carrefour de l’horloge qui me donnera le plus grand réconfort, et où la discussion sera la plus animée, avec une dame qui propose d’aller chercher des chômeurs pour faire le travail des éboueurs !

Comme le Père Noël a envahi a moitié le square Bouissou, je dédie mes mots à une charmante demoiselle de chez Kaan.

Ma boucherie (du maréchal Joffre) m’attend les bras ouverts. Le poème est très bien reçu. Ma proposition d’aller déposer nos poubelles à Ceyreste fait rire la plus grande partie de l’assistance, mais je jurerai que certains vont s’y rendre dès ce soir…car à Ceyreste, il n’y a pas la grève ! C’est un Ceyresten qui me l’a dit.

Le marchand de légume étant absent, mon public est moins nombreux à l’angle de la rue Joffre et de la chapelle sainte Anne, mais toujours aussi enthousiaste. La ligue pour un sport digne plaît beaucoup.

Passons par la bibliothèque où un jeune homme me promet de remplir la boîte aux lettres du crieur, puis la boulangerie Thomas où une demoiselle s’enflamme pour le concours de photos. Il reste le marché avenue Géry, où j’ai trouvé une bonne place, avec des clients et des forains qui ont du répondant, et je termine par la boulangerie Tomas qui croule sous les dominos Astérix. Mais vous pouvez y aller pour des échanges, encore !

Et voici le clou du spectacle, une photo en réponse à mon poème envoyé par un lecteur bienveillant :

poubellesnov2011.jpg

Mèfi  les bordilles !

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 21:24

Sur le chemin du retour, alors qu'ils traversent à la suite de Marmak les jardins du comte Sfijov, les héros voient une sphère fondre sur eux, qui ressemble étrangement à la balle de triple soume !

Ils sont bientôt tous engloutis par celle-ci et se dirigent à toute allure vers un astéroïde où ils s'écrasent. Quelques-uns, surtout légionnaires, s'en sortent  presque sans encombre.

Au centre de trois cercles (extérieur rouge, médian noir et intérieur bleu) se trouve un mage muni d'un bâton qui semble vivant, irrigué par de gorsses veines rouges aux pulsations rapides.

Le mage se présente comme l'exécuteur des hautes oeuvres, chargé d'exécuter  les héros pour le compte d'une personalité qu'ils auraient dérangée.

Malgré leurs tentatives de discussion, Zagzas et Ganv en sont pour leur frais. Gentilhomme, l'exécuteur leur permet de "tirer les premiers".

Les sorts ne semblent pas fonctionner sur l'exécuteur, ni sur les cercles. Gorgatt est le premier à oser franchir le cercle extérieur. Il est agrandi par Ritupik puis par Jesz, et le voici huit fois plus fort !

Mais l'exécuteur heurte le sol de son bâteau et celui-ci commence à onduler. Seuls Snéva et Gorgatt (ce dernier grâce à sa taille) réussissent à ne pas tomber. Gnav tombe évanoui, Zigzam se casse une dent, et tous les autres se font mal.

Gorgatt, après avoir passé le deuxième cercle, se heurte au troisième et frappe de toutes ses forces octuplées. Iturir vient à sa rescousse et s'écrabouille les poings.

Zagzas analyse la magie et se rend compte que le cercle extérieur résiste aux projectiles, le cercle médian à la magie et le cercle intérieur aux  armes de contact.

Gorgatt ,après avoir reçu deux arcs de feu, saute sur le mage après avoir détruit le cercle intérieur pour s'écraser lourdement sur le sol !

Gnav détecte la primagie et constate que le mage est invisible et qu'il s'est  servi d'une image pour lancer ses sorts.

Le mage dévoilé, les légionnaires se jettent sur lui mais l'exécuteur envoie des météores d'énergie. Heureusement, grâce aux sorts de Jesz et Ritupik, une partie des météores près du sol est anéantie. Zagzas fait encore mieux : son bouclier antimagie annule le sort de l'exécuteur tout en s'évanouissant. Gorgatt, qui a repris sa taille normale, s'écroule ensanglanté sur le sol (il a pu résister aux arcs de feu grâce à l'augmentation temporaire de son corps). heureusement, Zigzam vient à son secours.

Alors que les légionnaires pensent atteindre l'exécuteur, celui-ci leur sourit et dit : "bravo ! Nous vous ramenons à Primeville !"

Et nos héros filent à toute allure vers leur université favorite...

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 11:55

Nos héros décident de  passer de village en village pendant les quinze jours de "chariotte" qui les séparent du lac impérial. Le 8ème jour, ils voient venir à eux un serpomoc lacustre violacé qui leur parle de son frère, Miraminor,le seigneur du lac impérial. Miraminor adore les crapaumocs frits farcis de vers de terre. Il conseille aux aventuriers de se méfier de ses sbires vêtus d'une cape violacée et de ne jamais mettre les pieds dans l'auberge des 3 lacs.

Après quelques péripéties comme un pugilat suite à la grogne du public un soir promptement règlé par la force de Pitiruk, nos héros arrivent finalement au bord du lac. Il y a là un panneau, qui surmonte un marécage amenant au lac proprement dit :

 

Vous arrivez sur le territoire des crapaumocs. Nous vous conseillons de ne pas quitter la route impériale et de bifurquer vers Gaisourire et Mystoire.

 

Pitiruk se souvient qu'il ya des marchands à Mystoire et des artistes à Gaisourire. Fozi se souvient qu'il y a un territoire sacré ksim à proximité de Mystoire, historiquement crée pour permettre au Soltis de combattre les Ksims ! C'est effectivement une ville connue pour ses marchands, mais pas tant que gaisourire pour ses artistes car on dit qu'il y a là les plus grands artistes de l'empire.

 

A force de réféléchir sur la façon d'attraper des crapaumocs au bord de la route, nos héros reçoivent une volée de sagaies. Pirik encaisse grâce à son armure de chevalier de l'ordre du cristal, l'armure de Pitiruk est définitivement perdue.

Nos héros s'enfuient vers Mystoire.

Pour entrer, nos héros offrent un tour de magie et d'adresse aux gardes. pirik ressort la transformation de petites feuilles en une feuille gigantesque et Pitiruk frappe de sa flèche embouchonnée une pomme placée sur la tête du magicien. C'est le moment que choisit Fozi pour improviser une devinette qu'il croit humoristique :

Comment appelle-t-on les choux et les pommes de terre en même temps ?

Réponse : des choux-terre.

 

Malgré cette blague mystérieuse, les gardes laissent entrer le trio. Pitiruk se fait offrir par Pirik une vieille armure portant des traces de griffes ayant appartenu à un garde d'élite de Mystoire après que le marchand eut essayé de lui fourguer une armure d'apparat (grâce aux remarques de ses amis);

Leur marchand leur vend également une crapaumotte, cage à crapaumocs.

Fozi achète également des couteaux à sushi.

 

Grâce à ce matériel, nos amis parviennent à pêcher quatre crapaumocs. Fozi les prépare tout en avalant force vers de terre et en accomodant les restes dont les ksims sont friands.

 

Ainsi, nos amis n'ont aucun mal à se faire ouvrir les portes du lac par Miraminor et ils repartent avec un nouvel objet de plus...ne reste plus qu'à remettre le coffre au comte de Marilleville.

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 16:39

Après la danse, les héros dégustent un buffet somptueux.

 

Ils en profitent pour apprendre les dernières nouvelles : Ternelle d'en-haut prélèverait un morceau de territoire supplémentaire à Ternelle d'en-bas et serait prête à payer des sommes astronomiques à des mages puissants. A ces mots, Gnav et Ritupik dressent l'oreille. Gnav serait prêt à se proposer mais il se rappelle qu'il est agent secret et ne peut se permettre de perdre sa fausse identité.

 

Aorès le buffet, une partie amicale de triple Soume oppose les héros et leur entraîneur à l'équipe personnelle du comte Sfijov. Par magie, le comte transforme la salle de danse en terrain gazonné environné de rochers au centre duquel se dresse une rieuse fontaine (but du jeu).Grâce à la vivacité et la puissance de ses ailes, leur créature improbable échappe aux  projections de l'ogromoc géant et, après avoir mené deux à zéro et été rejointe au score, marque de façon imparable le troisième but synonyme de victoire. Le comte a essayé d'aider magiquement son équipe en influant sur les trajectoires du ballon, mais Sneva l'a empêché de poursuivre en lui parlant régulièrement.

 

Très sportivement, nos héros félicitent leurs adversaires malheureux qui leur écrasent les mains, sauf les mains en fer de l'érudit et les mains de certains légionnaires.

Le comte prend la parole et lève son verre à l'équipe de l'honorable royaume soltis; Zigzam l'érudit prend également la parole pour remercier l'équipe adverse. Zagzas prend tout le monde à témoin de l'infortune de son ami obligé de vivre avec des jambes de bois et une main en fer. Aussitôt, une somme de plusieurs milliers de Ternelliens est réunie pour payer une intervention magico-chirurgicale. Mais cela prendra trois semaines, donc, cela sera après le tournoi.

 

La côte de l'équipe du royaume lignil, qui était à 500 contre 1 jusque là, devrait nettement baisser après cette victoire, même pour une partie amicale...

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 14:11

La vie est étrange en ces mois de fin

D'année ou d'orange en quartier de lin

Et j'attends chagrin l'arrêt des dimanches

Pleuvra-t-il enfin sans une avalanche ?

 

Ce mardi 15 novembre, enfin une annonce intéressante :

Echange ou achète dominos Astérix. Voir la boulangerie Tomas en face du collège Jean Jaurès.

 

Cette annonce va intéresser nombre de personne, car il s'agit de complèter les collections des enfants.

Bien sûr, ça ne vaut pas les innénarables annonces humoristiques :

 

Suite à la démission de Silvio Berlusconi en Italie, Niccolò Sarkosi

aurait décidé de ne pas se représenter en France.

 

Suite au nombre exceptionnelleemnt bas de tués sur les routes cette année, François Hollande aurait accepté de confier, en cas de victoire des socialistes à la présidentielle, un ministère pour un homme de l’UMP : le ministère des radars.

 

   

Beaucoup de choses à dire aujourd'hui : les conférences et spectacles dans le cadre de la manifestation "vivre ensemble ? Tous responsables !", le retour du beaujolais nouveau, la conférence sur l'histoire de l'eau à La Ciotat, le marché des créateurs à "sur les quais", la course pédestre, les expositions à la galerie du port avec Nicole Roy et aux Pénitents bleus avec "vivre ensemble ? Tous..."

Cela commence doucement chez mestre Rémi

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 15:32

Gorgatt, après avoir tenté de tirer à la fronde sur la fouine, décide de rejoindre le groupe.

Nos amis rejoignent par d'improbables couloirs le château du comte Vassili.

Celui-ci donne une lettre à Zigzam l'érudit qui la lit au groupe médusé :

 

Son Excellence le comte Sfijov,

Grand Intendant du Royaume de Ternelle d'en-haut,

vous prie de recevoir les laissez-passer de l'équipe de Triple Soume de l'Honorable Royaume Lignil et vous convie à une réception à la conjonction des deux lunes en son château.

 

Suivent une signature et une formule en ternellien qui signifie "même mort, il s'obstine".

 

 

"Il y aura certainement une partie amicale de Triple Soume", dit le comte, qui leur fait confectionner sur mesure des costumes à la mode, c'est-à-dire des chaussures à talons, des chausses, des jupes et des pourpoints (pour les hommes comme pour les femmes.

 

Nos amis s'entraînent donc après un sommeil réparateur, peuplé de rêves étranges.

beaucoup rêvent dde combinaisons de triple-soume, avec un rôle prépondérant accordé aux ailes, qui permettent à la créature fusionnée de se déplacer très vite et de profiter de cette vitesse pour compenser le manque de puissance.

Snéva rêve qu'elle est assise à côté du comte Sfijov et que celui-ci, simplement en se concentrant sur la partie de triple Soume, essaie de déséquilibrer l'équipe de l'honorable royaume lignil.

Tout le monde décide alors de s'entraîner et Snéva se souvient même de son enfance et des parties de triple Soume qu'elle regardait. Elle aussi essaie d'améliorer les tactiques des joueurs.

 

Le lendemain soir, au moment de la conjonction des lunes noire et blanche, tout le monde arrive à la modeste réception (500 personnes) du comte Sfijov.

 

Celui-ci commence par une petite allocution (30 minutes) sur les liens entre Ternelle et le royaume Lignil et termine en saluant l'équipe de Triple Soume. Il annonce qu'il y aura un bal puis un repas et pour finir une partie de triple Soume entre l'équipe du royaume lignile et son équipe personnelle composée uniquement d'ogromocs. Apparemment, entre les nainmocss rouges du comte Vassili et les ogromocs violets du comte Sfijov, il y a un peu de tension...

 

Lors du bal, nos héros sont rejoints par des Ternelliennes :

 

Jesz danse avec une grosse mulmile, Fixas avec une grosse Soltis, Gnav avec une jeunes soltis à peine jolie, Itutir avec une belle Ksim entre deux âges, Ritupik avec une jeune Piturik magnifique, Zagzam avec une vieille soltis, Zigzam avec une jolie jeune ksim et Gorgatt avec une belle jeune Mulmil.

 

Quant à Snéva, quelle n'est pas son appréhension quand elle s'aperçoit que son cavalier n'est autre que le comte Sfijov lui-même !

 

Partager cet article
Repost0