Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 15:25

JE LAISSE LA PAROLE A SA PRESIDENTE, LEILA KHADOUCHE :

 

Vendredi dernier, le grand portique nous a très gentiment invités à présenter notre association qui a pour projet la création d’une web radio associative locale, Radio Melting’Pot.

 

J’ai été agréablement surprise de l’intérêt de chacun pour cette aventure débutée il y a plus d’un an. Plus qu’une présentation, ce fut un moment d’échanges très agréable en présence de membres associatifs ciotadens curieux de l’arrivée d’un nouveau média à la Ciotat.

 

Beaucoup étaient venus avec des questions, des idées et des projets. Tous voient l’intérêt d’une radio associative proche des habitants, ouverte à toutes sortes de contributions, avec toujours ce désir de réunir les gens autour de ce qui les passionne, les anime, les touche.

 

Une radio où les habitants et les associations de notre belle cité auront la parole, utopie ? Non,
une belle réalité à laquelle nous vous invitons à participer. Nous attendons des ciotadens qu’ils
s’investissent dans cette radio. Qu’elle ne reste pas le projet d’un noyau dur mais que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice.

 

Vous avez une passion et vous souhaitez la partager à travers une émission, une chronique?

 

Vous voulez découvrir le monde de la radio ? Ou simplement vous exprimer sur un sujet qui vous tient à cœur ? Vous êtes passionnés de musique ?

 

Avec nos modestes moyens, nous pouvons vous proposer de participer à cette belle aventure. N’hésitez surtout pas à nous contacter.

 

Je tiens vivement à remercier Frédéric qui nous soutient depuis le début de cette aventure, le
Grand Portique pour son accueil dans leur « cocon» de la rue Vignol. Merci également à toutes les personnes présentes à cette rencontre.

 

Leïla Khadouche, Présidente de Radio Melting’Pot

Pour nous contacter : 06 61 65 03 19 ou contact@radiomeltingpot.fr

Ps : Ne nous cherchez pas encore sur le net, nous arrivons très bientôt !

 

ET NOUS, AU GRAND PORTIQUE, NOUS TENONS A REMERCIER LEILA ET TOUTE L'EQUIPE DE RADIO MELTING-POT ! L'AVENTURE CONTINUE...

Partager cet article
Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 10:26

Ce mot de crieur, qu'en faire pour le vendredi matin, quand je passe rue Edgar Quinet partager de bons moments avec mes compagnons et compagnes de l'accueil de jour de la station Lumière, puis mes compagnes et compagnons au local de Petits pieds grands pas sur la place Louis Marin ? Que les premiers soient grands adultes et les seconds petits à nécessiter la présence de leurs mamans (et de papas, parfois) ne change rien à l'affaire.

 

J'embarque ma guitare pour ce tout petit tour

Ce sont quelques instants dans le temps de l'amour

Je n'en ai pas parlé, je crois, jusqu'à ce jour

Mais germe de bonté comment taire toujours ?

 

Ce sont de belles histoires. Dans l'endroit clos, nous nous trouvons et nous échangeons tour à tour.

Ceux qui disent et ceux sans mots

Qui parlent mieux dans le sourire

Ou la danse d'un élixir.

 

PPGPavril2011.JPG

 

 

Ces endroits  de sincérité

On ne va pas s'y promener

On y entre comme en temple

Et l'on dépose les mots amples

Au porte-manteau vérité.

 

 PPGPavril2011_3.JPG

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 19:34

Aujourd'hui, après ma première incursion du vendredi, je constate bien des différences. Il y a une ambiance de ruche le mardi matin, et de relachement de fin de semaine le vendredi.

 

Je suis très fier de ma chanson qui date de 1589, belle qui tient ma vie

Belle qui tiens ma vie
Captive dans tes yeux,
Qui m'as l'ame ravie
D'un souris gracieux,
Viens tot me secourir
Ou me faudra mourir.

 

2. Pourquoi fuis tu, mignarde,
Si je suis pres de toi
Quand tes yeux je regarde
Je me perds dedans moi,
Car tes perfections
Changent mes actions.

 

3. Tes beautes et ta grace
Et tes divins propos
Ont echauffe la glace
Qui me gelait les os,
Et ont rempli mon coeur
D'une amoureuse ardeur.

 

Bien sûr, un tambour et un instrument à cordes seraeint les bienvenus, mais c'est cela, la magie du crieur public, faire rêver avec "une chanson de notre jeunesse humaine, en 1589, quand nous étions adolescents, vous souvenez-vous, madame ?"

 

 Voyez la version de Pavane : link

Peu d'annonces en ce moment, j'ai préparé ma publicité pour l'office du tourisme. J'opte pour des annonces humoristiques :

Donneur de bonbons cherche preneur de leçons

 

Séducteur incendiaire cherche femmes ordinaires, voire féministes outrancières pour repentir sincère.

 

Femme fatale cherche homme rare et sincère pour voir, pas toucher.

 

C'est cette dernière qui fera mouche. Pour la seconde, certaines femmes répliqueront : "Mais il n'y a pas de femmes ordinaires !"

Ma grande annonce concerne Saga La Ciotat, que l'organisateur marseillais m'a vanté comme la plus grande manifestation française sur l'Afrique.

Chez Patati et Patata, stupeur ! Notre hôtesse est malade, remplacé par Nicolas. Nous ne sommes que quatre, mais on apprécie la chanson et le poème de Bernard Binlin Dadié sur "les poètes".

 

Après le thé et les petits gâteaux de Papati et Patata, me voici devant la boutique Aventuris. C'est le moment. Il faut chanter assez haut, c'est plaisant pour moi et surprenant pour le public. J'ai toujours quelques personnes qui me font des signes de connivence ou s'arrêtent.

Le boulanger est sorti tout sourire de sa boutique. On s'habitue au crieur, me semble t-il.

 

Place Sadi Carnot, une quinzaine de personnes sont là, dont une demoiselle qui dit en riant à ses copines "Oyez, oyez !" Je la prends au mot "Pour faire plaisir à la demoiselle, oyez, oyez, braves gens..."Pour Saga La Ciotat, personne ne semble au courant ; tout le monde est galvanisé par le parrainage de Yannock Noah, surtout les femmes !

 

Carrefour de l'horloge, le bon endroit pour voir venir le public. Selon la timidité, on m'entend de près ou de loin. Trois personnes au snack ont l'air de se régaler et me salueront chaleureusement.

 

Square Bouissou, la dame de Dam dam se met sur le seuil de sa boutique pour m'écouter et m'applaudir. ca sent les vacances, il ya plus de monde qui s'arrête. je vends quelques feuilles de chou.

 

A la boucherie du Maréchal Joffre, la chanson fait son effet. Jusqu'aux annonces humoristiques, je bénéficie d'une attention parfaite, avant qu'une commande bruyante ne me fasse terminer dans le brouhaha.

 

Heureux tropiques Café ! Trois personnes détendues m'observent, me posent des questions sur Saga La Ciotat et le vide-grenier de l'esplanade Langlois. Le monsieur rit de bon coeur à mes annonces humoristiques. Les personnes  viennent de repérer la boîte aux lettres du crieur. De bon augure ?

 

A la boulangerie Lévèque, j'ai juste le temps de dire le poème et de placer l'annonce sur Saga La Ciotat. Une dame me remercie en sortant.

 

Je termine à la boulangerie Tomas qui vient de subir une panne de secteur. Une mamie qui a eu  l'air pressé se détend finalement et se réjouit de savoir qu'il y a un crieur dans la ville. Elle aussi promet de nourrir la boîte aux lettres.

 

Je me souviens qu'il a fallu cinq ans avant que le Festival de Poésie soit connu des Ciotadens. Combien de temps pour le crieur ? Moitié moins ?

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 15:11

Radio melting-pot est une radio associative en phase d'installation à La Ciotat.

Leïla Khadouche, sa jeune responsable, viendra présenter le projet et les premières réalisations de Radio melting-pot à 18H ce vendredi 15 avril au 18 rue Louis VIgnol.

Nous vous attendons nombreux.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:09

"C'est le printemps ! Cette fois, c'est arrivé !", comme le disait le poète ciotaden Norbert Lorca.

 

Nous vous invitons à notre veillée de printemps le mardi 12 avril à 20H30 au Grand Portique, 18 rue Louis Vignol à La Ciotat, dans la vieille ville.

 

Comme d'habitude, apportez, si vous pouvez, une boisson ou un dessert à partager, mais surtout quelque chose à dire ou à chanter (devinette, blague, histoire, poème...).

 

Comme c'est la première veillée de printemps, pourquoi ne pas nous inspirer de ce thème sans cesse novateur ?

 

Mais "fais ce que voudras !", comme disait notre bon maître Rabelais !

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 10:59

Le Grand Portique soutient la marche pour le Japon organisée par Ciotanoshii, association franco-japonaise.

Il s'agit, au-delà des sommes récoltées (un euro ou plus par personne, mais rien n'est imposé), de montrer notre solidarité au peuple japonais en défilant dans la Ciotat derrière une banderole "La Ciotat soutient le Japon".

 

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 9 avril à 10H place du marché (place Evariste Gras) devant le cinéma Lumière.

 

 

Le reflet de lune

Qui habite l'eau

Au creux d'une main

Réel ! Irréel ?

J'ai été cela au monde.

 

Ki No Tsurayuki.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 13:08

On annonce des températures de plus en plus élevées sur la Provence. Mon habit sera, me diit Annie, remplacé par un autre pour la belle saison.

Comme chanson, j'ai choisi "lo cocut es mort", et même si coucou et cocu ont la même origine, il s'agit bien de l'oiseau et non du trompé (mais ne dit-on pas que l'on ne trompe que soi-même ?)

 

Lo cocut es mort

Es mort en Espanha

Li an tampat lo bec

Amb una castanha...

 

Comme poème, un de Véronique Tadjo (Côte d'ivoire) :

 

Il n'y a qu'une seule histoire d'amour que nous habillons et déshabillons avec nos mots et nos espoirs, une seule vraie saison de coeur où l'univers peut éclore, un seul moment de grâce pour renaître et reconstruire le monde envers et contre tout.

 

Mon annonce de la marche de soutien pour le japon samedi 9 avril à 10H provoque beaucoup de réactions. Un grand débat a lieu : le Japon sera t-il encore habitable ? La planète va t-elle s'en sortir ? Comment sortir du nucléaire ? Finalement, nous tombons d'accord sur le fait que le meilleur moyen serait d'obliger les constructeurs à construire des bâtiments basse  consommation, équipés en photovoltaïque.Patricia est tellement dans la discussion qu'elle en oublie presque de me servir le thé, que je bois en cinq minutes chrono avant de filer avec mon chronométreur favori, Michel ! Michèle, elle, me promet de me confier bientôt un nouveau texte de sa composition.

 

Devant le 33 rue des Poilus, lo cocut a du succès, mais plus encore le poème ivoirien. Mon annonce humoristique également : en prévision de l'évacuation de dictateurs, cherche paquebot pour Gbagbo et kon-tiki pour Khadafi.

 

Place Sadi Carnot, peu de monde en terrasse, quelques habitants de Port-de-bouc me questionnent sur le foisonnement de manifestations culturelles à La Ciotat. "C'est parce que le soleil revient. Dès Avril, les dates se multiplient.

 

Ah, le carrefour de l'horloge ! Toujours du monde et des réactions à la chanson et aux annonces ! L'évocation du Japon, encore lui, fait se retourner les gens.

 

J'essaie le square Bouissou. Un monsieur m'aborde après la déclamation. Comment les forains vont-ils faire pour se retrouver tous derrière la clinique de la Licorne, vu que la surface y est fort réduite ? La Ciotat va t-elle perdre ce loisir qu'elle tient depuis l'an pèbre ? Nous ne sommes guère optimistes sur la question, mais qui sait ?

 

Je retrouve la boucherie ciotadenne de la rue du maréchal Joffre et j'opte pour une approche délicate. Les dix personnes m'écoutent et commentent la petite phrase d'Evelyne, Alsacienne venue la semaine passée à La Ciotat :

"j'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en refermant la porte".

 

Et c'est sur le poème ivoirien que je termine à la boulangerie Lévesque, puis, à la boulangerie Tomas, je discute longuement sur la fête provençale sur le port-vieux.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 13:27

Samedi 2 avril au Grand Portique, nous aurons le plaisir d'accueillir Michel Capmal, poète invité du 9ème Festival de Poésie partagée, qui nous parlera de poètes anglais, allemands, italiens et espagnols. Ensuite, ce sera au tour de Bernard Vanmale, poète et auteur-compositeur-interprète, de dire et chanter en provençal et en français. Puis, après une pause rafraîchissante, toutes les personnes présentes pourront dire des poèmes dans la langue de leur choix.

Nous vous attendons, avec ou sans poèmes !

L'entrée, comme d'habitude, est libre.

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 13:13

Sandy Espinoza Campos est diplômée en biologie. Après son année à la Ciotat en tant qu'assistante de langue espagnole dans les collèges et lycées, elle retournera au Chili pour y trouver un travail.

 

Que nous dit Sandy du Chili ?

 

L'étonnant allongement de ce serpent géographique, aussi long qu'étroit.

 

La division administrative, qui fait des "communes" plus que des cantons français.

 

L'économie, basée sur les matières premières et le regret de vendre peu cher celles-ci pour acheter ensuite au prix fort les produits manufacturés issus de ces mêmes matières premières.

Sandy parle du Chili actuel, des amérindiens, des fêtes, des revendications, des magnifiques paysages, des nourritures terrestres.

 

Avec elle, on pénètre dans le domaine de la gaieté communicative, gaieté à la fois de la jeunesse et de l'Amérique du Sud.

 

Et il est curieux, ensuite, de se retrouver, pourtant au Sud, et très éloigné de ce sentiment là.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 15:02

Le carnaval arrive enfin, avec beaucoup de retard, à La Ciotat !

Chantons-le :

 

Carnaval es arribat

Farem la festa, fare la festa

Carnaval es arribat

Farem la festa dins lo prat !

 

Il y a du monde chez Patricia. Et je fais grande publicité du Festival de Poésie Partagée.

Il y a là Evelyne, une alsacienne très sympathique, qui me prend en photo. Promis ! je vous la ferai paraître dès qu'elle me l'aura envoyée. Evelyne m'écrit également une belle phrase philosophique.

 

Filons chez Aventuris. le soleil a fait sortir les badauds dans les rues. Comme d'habitude, les femmes  sont plus curieuses que les hommes. Je pense que le moment est bien choisi pour lancer un deuxième tour le vendredi. un homme de son balcon me lance : "la conférence sur la laïcité en danger, c'est où ?"

 

Sur la place Sadi Carnot, quelques personnes en terrasse. Le poème que m'a confié un jeune collégien, Alexandre, intéresse tout le monde :

 

J'ai demandé à la lune

Si elle pouvait me l'épargner

Mais tout comme ce bon vieux Saturne

Elle n'a pu accepter...

 

Et que dire du poète macédonien Vlada Urosevic sur la situation en Afrique du Nord (poème écrit bien avant les révolutions du jasmin) :

 

C'est le temps maintenant de la chûte des dieux

Dans les villes partout s'abattent les statues...

 

Au carrefour de l'horloge, quand je parle du Carnaval, un monsieur vient vers moi et me dit des vers  égrillards d'un air enchanté. Un couple s'arrête longuement. Des jeunes se demandent "ce qui se passe".

 

Square Bouissou, j'arrive à arrêter une maman,son bébé et sa copine.

 

Brouhaha de nouveau à la boucherie et sa quinzaine de personnes.

 

Heureusement, c'est plus calme au tropiques Café où cinq personnes m'écoutent religieusement. avant de s'arracher mes feuilles de chou.

 

Chez lévesque le boulanger, calme de trois personnes. Certains découvrent encore le crieur.

 

Je termine à la boulangerie Tomas, où le poète macédonien fait un tabac.

 

 

Idem

 

 

Partager cet article
Repost0