Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 15:57

Le printemps est arrivé !

 

Tout est beau aujourd'hui.Je chante le début de paure Carnaval, c'est la période :

 

Adiu paure, adiu paure,
Adiu paure Carnaval
Tu te'n vas e ieu demòri
Adiu paure Carnaval
Tu t'en vas e ieu demòri
Per manjar la sopa a l'alh
Per manjar la sopa a l'òli
Per manjar la sopa a l'alh
Adiu paure, adiu paure,
Adiu paure Carnaval

J'alterne les poèmes du Maroc et de la Tunisie.

 

Un ciotaden m'a donné une belle tirade à la Cyrano de Bergerac sur le centre-ville.

 

La Ciotat se meurt, entends-je fréquemment !

Le propos est banal et un peu court, vraiment

On pourrait dire, ô Dieu, de bien plus jolies choses

En variant le ton et en prenant la pose...

 

AGRESSIF

Voilà un adjectif rêvé

Pour désigner les incivilités.

 

AMICAL

Messieurs les promoteurs

Ne détruisez  pas notre âme et notre bonne humeur.

 

DESCRIPTIF

Un village, une ville, un coeur

Dont le centre-ville se meurt..

 

Cette tirade ne laissera personne insensible !

 

Par contre, la demande de T1 à 450 euro de Sophia ne trouvera  pas offreur.

 

Chez Rémy, ça s'agite, on attend les touristes et "comment faire venir les jeunes dans le centre-ville, alors qu'il y a des commerces pour eux ?"

dans la rue des Poilus, j'ai toujours mes inconditionnels, et des personnes surprises agréablement par le spectacle !

 

Place Sadi Carnot, le sterrasses commencent à se remplir et trente personnes m'accueillent favorablement.

 

Ma blague sur les cantonales en fait rire plus d'un :

 

Cause élections cantonales, élu UMP ayant reçu une bonne gauche cherche élu PS ayant reçu une bonne droite pour consolation mutuelle.

 

Carrefour de l'horloge, c'est la blague sur la Lybie :

 

Cause guerre en Lybie, famille française vend bon marché stocks de farine, lait et sucre ayant été constitués lors de la guerre en Irak.

 

Il y a beaucoup de soirées dansantes, et organisées par les deux lycées de la Ciotat. Cela fait plaisir au plus grand nombre et me permet d'interpeler deux jeunes mamans. iront-elles danser en confiant les bébés à leurs maris ?

Au total, une cinquantaine de personnes perçoivent des parties du discours et une dizaine  est plus attentive.

 

Square Bouissou, je parle pour la patronne de la boutique Dam dam qui a l'obligeance de m'écouter. Grand est le désert du square Bouissou.

 

Ambiance calme à la boucherie de la rue du maréchal Joffre. j'en profite pour parler presque raisonnablement devant la quinzaine de personnes présentes.

 

C'est au Tropiques Café que me sfeuilles de chou auront le meilleur accueil, dans une ambiance intime (10 personnes).

 

La boulangerie lévêque est fermée ; je fonce à la boulangerie Tomas et offre ma dernière feuille de chou à un monsieur à l'oeil attentif et rieur. je pars avec un croissant offert par la patronne : nourrissez le poète, vous nourrissez la Joie !

 

Bon, il ne faudrait pas que j'oublie de parler du Festival de Poésie Partagée la semaine prochaine !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 16:01

Journée de pluie sur La Ciotat. J'arbore un parapluie rouge du plus bel effet, mais on me reprochera, à juste titre, qu'il ne correspond pas à l'époque de mes habits.

 

Chez Patati et patata, le chocolat capucino est délicieux. Il y a là les habituées et nous commentons l'actualité sur le Japon, suite à la lecture du poète nippon :

 

Le reflet de lune

Qui habite l’eau

Au creux d’une main

Réel ? Irréel ?

J’ai été cela au monde.

Ki No Tsurayuki

 

Devant le 33 rue des Poilus, je chante  le premier couplet de "revelhatz-vos, bela endormida", vieille chanson occitane.

 

Avec mon parapluie, et encouragé par quelques personnes qui rient à ma blague équivoque :

 

 

"Cause réacteur incandescent, physicien recherche homme ayant inventé l'eau froide. S'adresser au Quai d'Orsay qui transmettra. "

 

je me dis que la matinée n'est pas perdue et que c'est une bien intéressante chose que La Ciotat sous la pluie. Les proches commerçants également me soutiennent.

 

 

La place Sadi Carnot et le square Bouissou sont vides. Je pars au carrefour de l'horloge et je constate que le public répond présent et s'arrache mes feuilles de chou.

 

A la boucherie, peu de monde, la pluie, encore ! Du coup, je peux dire le poème japonais presque comme à la maison.

 

Je termine à la boulangerie Tomas où nous passons de longs moments à parler du Japon et de l'obstination nucléaire.

 

Enfin, comment ne pas être ému par le poème que m'a confié Bernadette et que j'ai lu a trois reprises  ce matin :

 

 

Bien sûr (par Bernadette)

 

Je me suis approchée de la fenêtre pour voir la mer, et les étoiles m'ont sauté aux yeux. Bien sûr, car il faisait nuit, complètement nuit.

 

Je me suis approchée de la porte pour entendre qui arrivait, et l'air m'a sauté aux narines. Bien sûr, car il faisait tourbillon, complètement mistral.

 

Je me suis approchée du poêle pour sentir les flammes, et les braises m'ont sauté à la gorge. Bien sûr, car il faisait froid, complètement l'enfer.

 

Je me suis approchée de l'arbre pour toucher les oiseaux, et les feuilles se sont envolées. Bien sûr, car il faisait léger, complètement plume.

 

Et quand je me suis approchée du toit pour voir les étoiles, la marée m'a sauté aux pieds. Bien sûr, car il faisait lune, complètement vague.

 

Etrange résonnance avec la grande vague qui a endeuillé l'archipel du soleil levant... 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 22:27

Il ne manque plus que l'écriteau sur le portail métallique du Grand Portique au 18 rue Louis Vignol, mais c'est fait : La Ciotat a son écrivain public, qui n'est autre que le crieur public !

 

Poète, blogueur et coordonnateur-animateur socio-culturel du Grand Portique, Frédéric Ganga propose donc aux ciotadens et aux autres personnes passant par notre ville :

 

- relecture

- rédaction de textes administratifs et personnels

- chroniques poétiques.

 

Pour en savoir plus, cliquer sur le lien de l'écrivain public (Ecrivain public à La Ciotat)

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 22:21

Retour sur la veillée du 8 mars...le magicien de la nuit ciotadenne serait donc votre serviteur.

Crieur de jour, magicien de nuit, caramba !

 

laProvence13mars110001.jpg

Partager cet article
Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 17:03

Drôle de journée que celle en l'honneur de la femme, internationale de surcroît ! J'ai préparé un poème d'Andrée Chédid, le coeur navigant, et un pot-pourri de chanson sur les femmes réparti entre Renaud (Miss Maggie), Jean Ferrat (la femme est l'avenir de l'homme) et Fréhel (Tel qu'il est) :

 

Femme je t'aime parce que
tu vas pas mourir à la guerre
parc' que la vue d'une arme à feu
fait pas frissonner tes ovaires
Parc' que dans les rangs des chasseurs
qui dégomment la tourterelle
et occasionnellement les beurs
j'ai jamais vu une femelle
Pas une femme n'est assez minable
pour astiquer un revolver
et se sentir invulnérable
à part, bien sûr, Madame Thatcher

Le poète a toujours raison
Qui détruit l'ancienne oraison
L'image d'Eve et de la pomme
Face aux vieilles malédictions
Je déclare avec Aragon
La femme est l'avenir de l'homme

Il faudra réapprendre à vivre
Ensemble écrire un nouveau livre
Redécouvrir tous les possibles
Chaque chose enfin partagée
Tout dans le couple va changer
D'une manière irréversible

J'avais rêvé d'avoir un homme,
Un vrai de vrai, bien balancé,
Mais je suis chipée pour la pomme,
D'un avorton, complètement je té.
Ce n'est pas un Apollon mon Jules,
Il n'est pas taillé comme un Hercule.
Malgré qu'il ait bien des défauts,
C'est lui que j'ai dans la peau.

Tel qu'il est, il me plaît,
Il me fait de l'effet,
Et je l'aime.
C'est un vrai gringalet,
Aussi laid qu'un basset,
Mais je l'aime.
Il est bancale,
Du coté cérébral
Mais ça m'est bien égal,
Qu'il ai l'air anormal.

C'est complet, il est muet
Ses quinquets sont en biais
C'est un fait que tel qu'il est,
Il me plaît.

Il y a aussi des blagues, dont des blagues féministes :

 

Pourquoi faut-il des millions de spermatozoïdes pour fertiliser un seul ovule ?

- Parce que les spermatozoïdes sont masculins et ne demandent pas leur chemin.

 

Comme je suis attendu à 11H place Evariste Gras, je commence avant 10H carrefour de l'horloge. Quelques personnes sourient aux blagues, surtout les femmes.

 

Chez Patati et patata, il y a toujours les fidèles. On discute ferme sur l'intérêt de la journée de la femme. Infériorisation des femmes ou symbole nécessaire ? A quand une journée de l'homme ?

 

Devant Aventuris dans la rue des Poilus, mon évocation des femmes est saluée. Par les devinettes féministes, je parviens à accrocher plusieurs personnes.

 

Je fonce à la boucherie de la rue du Maréchal Joffre. C'est un succès de bruit avec 25 personnes affairées! Je parviens à parler plus fort que tout le monde, et l'air ahuri de certains clients m'incite à penser que j'y vais un peu fort. Une fois de plus, la chanson et les blagues me sauvent.

 

Je file à la place Evariste Gras pour la journée de a femme. Vite, Fati me fait crier dans le grand couloir. Et c'est l'apothéose ! J'ai bien choisi mon poème et mon pot-pourri.

je discute ensuite dix minutes avec Monsieur le maire devant l'oeil inquiet du chef du protocole, le chronométreur officiel des actions municipales. Propos fort courtois sur l'intérêt du métier de crieur public et la nécessité de l'humour dans la communication.

Puis je reçois les échos favorables de nombreuses personnes surtout sur ma voix. Est-ce que j'ai pris des cours ? Oui et non, des cours de rue, le but étant de garder suffisamment de voix pour la fin du parcours.

 

Je termine chez la boulangerie Tomas devant trois dames attentives.

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 11:49

Revenant sur la soirée consacrée à Marie Fouillet, comédienne, conteuse, metteur en scène, chanteuse...je ne peux m'empêcher de penser à ces vers de Guillaume Apollinaire :

Vous y dansiez petite fille
Y danserez vous mère-grand
C'est la maclotte qui sautille
Toutes les cloches sonneront
Quand donc reviendrez-vous Marie

 

Marie a retrouvé une partie de sa jeunesse ciotadenne, avec de nombreux amis venus la voir, et ce sel de l'émotion a assaisonné toute la soirée.

 

Elle nous a présenté son rapport à l'art, avec à la fois la richesse du partage et l'utilisation de cette richesse non marchande par les financeurs qui paient peu en espèces sonnantes et trébuchantes,  mais aussi la place de l'artiste dans la société et son travail avec les publics que l'on dit "en difficulté".

 

Entrecoupées de petits contes sur les notions de chance et malchance, de destin, de l'avoir et de l'être, du miroir et de l'argent, ses interventions, largement enrichies de dialogues avec les 25 participants, nous ont  fait dépasser les horaires habituels de ce genre de soirée.

 

Il est presque impossible de résumer celle-ci. Je puis seulement vous inviter à vous rendre sur le site de pachamama, la déesse-mère, et l'urgence de réagir pour la préservation de la vie.

 

lien vers Pachamama

 

Espérons juste que nous reverrons Marie Fouillet avant son spectacle sur les sorcières de Figuerolles en 2013 !

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 15:47

L'hiver s'en va à petits pas...

Comme je fus récemment interpelé par un adjoint au maire me reprochant de parler en public sans savoir les tenants et les aboutissants de la médiathèque et m'invitant à parler de "ce genre de choses" en privé, dans son bureau, c'est avec une troisième chanson sur ladite médiathèque que je me présentai devant le peuple des rues du centre-ville. Comme dirait l'autre, il n'y a rien de pire chez les ovins que l'auto-censure moutonnière gentiment suggérée par les bergers qui les tondent.

 

Chez patati et patata, du monde, dont une nouvelle arrivante ravie d'avoir des nouvelles culturelles et de rencontrer le crieur public. Ma chanson, un extrait de plaisir d'amour de Martini, a du succès.

 

Plaisir d'amour

Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.
J'ai tout quitté pour l'ingrate Sylvie.
Elle me quitte et prend un autre amant.

Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.

Tant que cette eau coulera doucement
Vers ce ruisseau qui borde la prairie,
Je t'aimerai, me répétait Sylvie,

L'eau coule encore, elle a changé pourtant.

Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie...

Son auteur : Jean-Pierre Claris de Floriant.
Son compositeur : Jean-Paul-Égide Martini né Johann Paul Aegidius Schwarzendorf.
(1785)

 

Pour la médiathèque, j'ai fait appel à Mike Brant et son interprétation de "qui saura ?"

 

Vous dites que la culture vous inonde

Vous cliquez 10000 fois à la seconde

J'aimerais bien vous croire mais hélas je sais combien

Presque toujours vous avez cliqué pour rien :

 

Cliquez pas, cliquez pas, cliquez pas !

Un jour une médiathèque arrivera

Avec des gens armés pour

Prouver encore et toujours

Que penser n'est pas cliquer

Non, cliquez pas...

 

C'est l'occasion d'évoquer le suicide de la vedette et la tristesse de ses admiratrices d'alors.

Les annonces culturelles sont peu nombreuses, certainement à cause des vacances. L'exposition d'artistes féminines, à cette période de précélébration de la femme, intéresse.

 

Les annonces humoristiques plaisent :

 

Cause révolutions en Afrique du Nord, ancien du groupe Occident cherche repentis comme lui pour monter le groupe Orient.

 

Cause crise de la cinquantaine, homme échange livre ancien "les malheurs de Sophie" contre DVD de Sophia Loren jeune.

 

 

Chez Rémy, la vie est belle. Je rencontre un joueur de jeu de rôles. Il recherche des plumes pour la calligraphie.

Plusieurs touristes s'arrêtent. Les habitués passent et me sourient. Une poignée de ciotadens m'écoutent un instant.

 

Place Sadi carnot, il fait beau. Je parle devant une dizaine de personnes. On me dit qu'il va pleuvoir si je chante Martini. j'ai droit à quelques applaudissements.

 

Carrefour de l'horloge, j'ai un nouvel afficionado qui me félicite, me dit que les Lillois acclamment leur crieur public et que je devrais être acclamé vu le travail que je fais, et m'accompagne jusqu'à la rue du Maréchal Foch via le square Bouissou. Comme d'habitude, j'ai le public des terrasses plus quelques curieux.

 

Le square Bouissou est toujours aussi vide.

 

Ma boucherie étant fermée rue du maréchal Joffre, j'opte pour "goûter l'Italie" à côté. Les sept personnes préfèrent la chanson. Je vois Annie qui me rejoindra plus tard au Grand Portique et se montrera intéressée par les ateliers d'écriture.

 

Au Tropiques café, Mike Brant a toujours du succès auprès des femmes.

 

Je rencontre Fatima devant la maison des associations. Elle me parle de la journée de la femme où j'irai dire un poème et une chanson écrites par des femmes. Je cherche  un endroit sur le marché où m'exprimer, mais ce n'est pas encore le moment, et puis j'aimerais bien un lieu fixe.

 

Je termine par mes deux boulangeries. Chez Lévêque,une nouvelle ciotadenne note tout ce que je dis. Chez Tomas, nous refaisons le monde longuement et nous parlons de la ciotadine-gâteau, pâtisserie poème pendant le Festival de Poésie Partagée. Auparavant, sur le long parcours de la place Evariste Gras au Boulevrad Bertoulucci en face du collège Jean jaurès, j'ai été harangué par deux dames me prenant pour un lutin. Elles sont ravies de connaître le crieur public et promettent de me donner des annonces "plutôt des coups de gueule que des déclarations d'amour". Si je déduis une conclusion de tous les propos entendus aujourd'hui auprès de la gent féminine, la déception sentimentale l'emporte sur l'optimisme... vivement le 8 mars !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 09:00

Le crieur public a composé des paroles sur l'air d'une petite cantate (Barbara) afin de protester contre  l'abandon de la construction de la médiathèque, prévue initialement dans l'ancien bâtiment de  la halle de la chaudronnerie près de l'IUT.

La Marseillaise a repris ses paroles.

 

 

 

la-marseillaise23fevrier110001.jpg

Les personnes intéressées par cette mobilisaion et par une nouvelle proposition de médiathèque à La Ciotat peuvent envoyer leur demande ou leur avis à unemediathequepourlaciotat@orange.fr

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 15:06

Excellente idée de la part d'Espéranto-France que de proposer ce moment de réflexion et de partage sur la diversité linguistique et les dangers qui la menacent, tant il est vrai que la langue sous-tend la vision de chacun sur le monde. Maintenir une  diversité linguistique des tribus les plus petites jusque dans les organismes internationaux les plus vastes est un des moyens de lutter pour l'égalité entre les peuples. Une langue qui n'appartiendrait à personne, pourrait être accaparée par tous. C'est l'idéal de l'espéranto, qui n'a derrière lui ni puissance militaire, ni économique, ni politique.

 

Comme le dit Claude Hagège, professeur au collège de France, les langues sont un peu comme les espèces animales: elles vivent, meurent, cèdent aux assauts des prédateurs. Ce ne sont pas seulement des mots qui s'envolent avec chacune d'elles. C'est une histoire, une mémoire, une manière de penser. Un peu de notre humanité.

 

Renée Triolle, après un exposé préliminaire sur la situation des langues dans le monde, a convié la vingtaine de personnes présentes à parler de leurs langues maternelles.

Nous avons alors entendu du néerlandais, de l'allemand, de l'italien, du suédois, du catalan, du provençal, de l'espagnol de colombie, et nombre d'évocation de ces grands-pères et grands-mères parlant d'autres langues régionales ou nationales, mais  ne les transmettant pas.

 

Merci à l'Unesco pour cette journée mondiale de la langue maternelle !

Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 15:36

Pour ce numéro quatre de la feuille de chou du crieur, j'ai prévu de nouvelles petites annonces humoristiques, très demandées, et, en plus des habituelles annonces associatives et des particuliers (dont un Italien cherchant un T2 en centre-ville et une boutique offrant un buffet provençal en pin massif), un extrait de poème du poète lybien Mohammed al-Faytoury.

 

«demain le cortège de la faim passera par notre rue / verdissez les années de la disette / tombez ô pluie / noyez les champs de blé et de riz / noyez le fleuve /essuyez de votre main de cendre la tristesse des arbres»

 

Rendez-vous chez Patati et patata. Madeleine et Marie-Jo parlent avec Patricia, bientôt rejointes par Michel. La chanson du jour, "aux marches du palais", est douce et relativement connue. Le public est attentif, chaque annonce déclenchannt des réactions, comme celle du bal masqué réservé aux retraités ciotadens. Je prends un thé aux cerises et fleurs de cerises. Patricia m'annonce que deux personnes sont venues chercher le lit pliant pour bébé avec une rose pour elle et que cela l'a touchée.

 

La boutique Aventuris est fermée, mais plusieurs groupes sont à proximité du 33 rue des Poilus. Je commence par la chanson et le poème. Les petites annonces plaisent, surtout :

 

La jeune femme qui a adressé un sourire au bureau des objets trouvés est priée de le reprendre : il gêne le bon fonctionnement du service.

 

ET

 

Cause départ à la retraite anticipée échange durant deux ans calvitie avancée contre chevelure abondante.

 

Place Sadi Carnot, degun ! Sauf une connaissance qui s'arrête. et petit à petit des passants. La présentation du projet de front de mer par la municipalité éveille la curiosité. il faudrait aller y faire un tour.

 

Carrefour de l'horloge, un chariot élévateur m'oblige à me déplacer en face du marchand de fromages. C'est bien là qu'il y a le plus de monde. On rit encore aux annonces. Les retraités semblent intéressés par le bal costumé.

 

Ma boucherie favorite est fermée. je me décale un peu devant une entrée de parc à voitures. Bon endroit également, avec des enfants en vacances tout étonnés de voir mon costumes et des parents qui ont le temps, quelques touristes déjà.

La chanson sur la méditahèque promise et évaporée me vaut des applaudissements . Drôle de personnage que le crieur, à la fois relais d'informations et électron libre !

 

Un petit tour au tropiques café, à deux pas, où le poème triste recueille l'attention de la dizaine de personnes, et je me retrouve devant la bibliothèque où des personnes font signer une pétition pour le maintien de projet d'une médiathèque, devant les journalistes de La Marseillaise et la Provence. C'est le moment d'entonner la deuxième chanson sur le sujet, sur l'air d'"une petite cantate" de l'inoubliable Barbara.

 

Une petite médiathèque à La Ciotat

Une petite médiathèque pour toi et moi

Voir les australopithèques, presque comme au cinéma

Une petite médiathèque, nous en rêvions bien déjà...

 

Quelques secondes de triomphes devant la foule ébahie!!! Jubilons un peu car "l'art est long et le temps est court ! "

 

Je finis tranquillement dans mes deux boulangeries, sans réussir à trouver de T2 pour le jeune Italien, ni d'amateur de buffet provençal ou d'assiettes, mais cet ouvrier en bleu de travail psalmodiant le poème de Mohammed al-Faytoury à la boulangerie Tomas et me serrant la main reste un émouvant instant de fraternité. Vive la Lybie libre ! Vive le Canada français...euh, je m'égare. A la semana prossima !

 

 

 

Partager cet article
Repost0