Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 07:19

 

laprovence4fev20110001.jpg

Partager cet article
Repost0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 21:34

Vendredi 25 février à 18H30 au Grand Portique, une artiste reviendra à La Ciotat. Laissons-là se présenter par elle-même :

 

Marie Fouillet, comédienne, metteur en scène, conteuse, chanteuse.


Le début de carrière s’est fait à La Ciotat (création de la classe d’Art Dramatique au Conservatoire en 1982, après des études théâtrales au Conservatoire Supérieur de Paris, classe d’Antoine Vitez)


« En 2000, j’ai créé la Compagnie PACHAMAMA dans le 13° arr. de Marseille, réunissant des artistes de différentes disciplines, qui comme moi, intègrent une conscience spirituelle, écologique et sociale :
L’obligation pour l’homme de changer sa présence au monde,
de renouer le dialogue harmonieux qui le lie à la Terre,
de retrouver sa part sacrée qui lui fait respecter chaque chose et lui-même.


La place de l’artiste s’est modifiée. Nous sommes devenus aussi des partenaires « sociaux », apportant une vision personnelle et poétique du monde, proposant des projets nés d’expériences et de réflexions croisées avec des philosophes, des ethnologues, des créateurs, des visionnaires…


Je conterai le parcours d’une comédienne, qui depuis le début travaille également avec des publics dits  « en difficulté » : enfants en échecs scolaires, prisonniers de droit commun et toxicomanes, jeunes des quartiers nord de Marseille…..
Je mets  la création théâtrale avec ces publics au centre de mon travail, afin de les amener à la parole, à la confiance en eux …
 
 
Je dirai quelques contes, chanterai quelques chants … et nous échangerons de tout de rien, de la vie qui va-qui vient et qui nous ramène à notre point de départ. Pour moi, La Ciotat. »
 

Partager cet article
Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 15:49

Ce mardi 8 février, je tenais à rendre hommage à la grande poétesse Andrée Chedid, mère de Louis et grand-mère de Matthieu, M pour les intimes.

J'avais donc préparé la lecture d'un de ses poèmes s'intitulant Toi-moi et se terminant par :

 

TOI

Qui que tu sois

Je te suis bien plus proche qu'étranger.

 

A 10H, je rencotre Patricia et Michel chez papatati et Patata, bientôt rejoints par deux dames. Le poème plaît beaucoup, ainsi que la citation d'amour de Paul Eluard :

 

J'entends ta voix dans tous les bruits du monde.

 

Mes petites annonces humoristiques sur la Saint-Valentin plaisent aussi :

 

Cause Saint-Valentin, jeune homme dépité donne bouquet de roses séchées à jeune femme désespérée.

 

Cause Saint-Valentin, jeune homme amoureux fou échange voyage à deux à Bandol contre tout voyage à Venise ou Rio, même hors saison.

 

Après la lecture des annonces culturelles marquées par les musicales de Février, je prends mon thé. je rencontre un artisan en quête d'un local avec d'autres, à un prix minimum. La conversation roule sur les prix de l'immobilier.

 

33, rue des Polus, j'avais oublié que Rémi avait pris ses congés pour la Saint-Valentin ! Je me'égosille cependant bravement avec lo lop, lo rainard, la lebre, une chanson ancienne occitane, où les trois animaux sont des collecteurs d'impôts qui "nos i fotem tot pel cuol ", c'est dire !

 

link

 

Excellent endroit que celui-ci : les gens s'arrêtent, rient à mon évocation des collecteurs d'impôts et aux petites annonces concoctées par votre serviteur (il restait de la place dans la feuille de chou). Je pars sous les applaudissements après avoir échangé des feuilles de chou contre quelques pièces.

 

Place sadi Carnot, peu de monde, mais deux demoiselles sont là pour écouter la poésie et les annonces.

 

Carrefour de l'horloge, on me remarque, surtout le traiteur en face qui commence à s'habituer, et les clients du bar et du  pâtissier le mistral gourmand. Il faudra que je réécrive des annonces humoristique, façon cabaret montmartrois du Chat Noir !

 

Au square Bouissou, je n'arrive à arrêter personne et pense à changer d'itinéraire.

 

Heureusement, il y a la boucherie de la rue du maréchal Joffre. La patronne s'extasie à l'annonce de la Saint-Valentin. Partirait-elle en vacances pour l'occasion ? La quinzaine de personnes semblee ravie.

 

A l'arrêt de bus de la rue de la république, presque à l'angle de l'avenue Gallieni, Michel me demande pourquoi je ne déclame pas pour la vingtaine de gens qui attendent. Il a raison ; je crois que je vais échanger à l'avanir le square Bouissou contre cet endroit.

 

Et pour finir, je visite mes deux boulangeries. j'ai le bonheur de trouver une jeune maman ravie de trouver un lit pliable gratuit chez Lévêque. Ma feuille de chou est échangée chez Tomas contre une baguette croustillante et affichée sur le mur.

 

Crier, en plus de faire plaisir, ça donne faim !

 

Bonne Saint-Valentin à tous !

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 15:28

Ce mardi à 10H précises ("10H01" ,me dira Michel, j'arrive chez Patati et Patata. "Il fait beau me dit Patricia, et c'est pourquoi tout le monde est allé se dégourdir les jambes. C'est donc devant trois personnes que je commence ma matinée avec un poème égyptien sur le corps.

Je montre fièrement ma première feuille de chou du crieur, photocopie d'un A4 à moitié tapée sur le clavier, à moitié écrite de ma brune main. Avec les copains poètes du trio FMR, nous avon écrit un petit poème à la manière des chansons des rues de jadis :

 

C'est la feuille de chou du crieur

Vous allez  trouve rle meilleur

De ce qui se fait par ici

Et ailleurs maintenant aussi

 

C'est comme un écho des savanes

Qui descend jusqu'au bout des pannes

Où sont bien rangés les bateaux

Qui rêvent de partir très tôt

 

Votrre curiosité sera satisfaite

Vous y trouverez des informanettes

Qui feront de vous un quidam averti

De tout ce qui se passe joli

 

Le crieur, c'est la joie au coeur !

Il vous parle sans décodeur

Directement de bouche à bouche

Et ne laisse personne sur la touche !

 

Après un bon thé, direction la boutique Aventuris où Rémy m'accueille triomphalement. Il a pour moi deux textes contre la guerre et une invitation à chanter "le prisonnier de la tour", qui n'est pas du tout une chanson médiévale mais une chanson créée par Francis Blanche et enregistrée par Edith Piaf en 1949 !

 

Je chante Belha Calha, certes moins bien que Mont-Joia :

 

link

 

Le public écoute avec attention les textes contre la guerre. Est-ce dû aux révolutions presque douces en Afrique du Nord ? La feuille de chou intéresse deux personnes.

 

Place Sadi Carnot, mes déclamations attirent  quelques personnes. La dame de Rose Bonbon me dit de repasser l'après-midi ou d'attendre le printemps, mais je persiste.

 

Et revoilà le carrefour de l'horloge, meilleur lieu de passage. J'observe les clients du traiteur et du pâtissier voisins qui ne perdent pas une miette de mes phrases.

 

Square Bouissou, je profite de la présence d'un homme assis devant Schlecker pour déclamer. Quelques personnes me sourient.

 

Dans la boucherie de la rue du Maréchal Joffre, il y a encore plus de monde que d'habitude. J'ai d'abord du mal à me faire entendre, mais l'accueil amical du personnel et du patron me relancent et c'est soutenu par la majorité des clients que je dis mon poème égyptien sur le corps. Il a beaucoup de succès. Les annonces passent bien, elles aussi, et un couple me prend une feuille de chou du crieur.

 

Dans mes boulangeries, c'est toujours la crème ! Chez Lévêque, je rrepars avec des douceurs en échange de mon mini-organe de presse. Chez Tomas, un Monsieur réussit à lire le poème égyptien dans la langue originale. Il me dit "la langue écrite est la même pour tous, soit on sait lire, soit on ne sait pas lire !" Il repart sous mes compliments.

 

J'aperçois le collège Jean Jaurès ! Et si je me faisais une déclamation dans l'amphi de temps en temps ? A suivre...

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 20:45

Charmante présentation de Laura Macomber au Grand Portique, devant plus de vingt personnes !

 

P1280023.JPG

 

Un petit rappel historique pour expliquer que beaucoup de puritains anglais ont abordé aux Amériques dans ce qui devint la Nouvelle-Angleterre. Ce terrain a-t-il été favorable à l'hystérie collective qui présida aux procès en sorcellerie des "sorcières de salem" ?

 

Rappeler également qu'au départ de la guerre d'indépendance, il y a des intérêts commerciaux.

 

Bien sûr, la France soutient les rebelles d'alors qui fonderont les Etats-Unis d'Amérique.

La nouvelle Angleterre combat l'esclavage lors de la guerre civile (que nous appelons la guerre de sécession).

 

Laura Macomber nous parla également de géographie, d'agriculture, avec des traductions empruntés à nos cousins québecois comme canneberges et bleuets(myrtilles), de sport avec les red sox (chaussettes rouges) de Boston une équipe phare de base-ball.

 

Mais le plus beau moment fut celui où elle évoqua les écrivains, artistes et poètes de sa région, dont Emily Dickinson avec un poème dans ses versions originale et française :

 

P1280036

 

Water, is taught by thirst


by Emily Dickinson


Water, is taught by thirst
Land, by the ocean passed
Transport-- by throe
Peace-- by its battle told
Love, by memorial mold
And birds, by the snow

 


Tous les matins sont sans retour


d'Emily Dickinson


On apprend l'eau, par la soif
La terre-- par les mers qu'on passe
L'exaltation-- par l'angoisse
La paix-- en comptant ses batailles
L'amour-- par un image qu'on garde
Et les oiseaux-- par la neige

 

 

Il nous fut facile alors de rêver devant les paysages d'automne nous rappelant "l'été des indiens" au Québec et le "soleil vert" de la Nouvelle Angleterre chanté par le regretté Henri Salvador.

 

On finit, France oblige, par la cuisine, et on dégusta avec plaisir le gâteau à la citrouille de notre oratrice.

 

Trois des quatre assistants de langue étatient là. La prochaine à faire une présentation sera Sandy du Chili qui nous parlera de son pays au mois de mars, le quatrième vendredi.

 

Entre-temps, fin février, nous aurons le privilège d'accueillir Marie Fouillet, directrice de la compagnie de théâtre marseilllaise Pachamama (terre-mère), qui nous parlera de son expérience d'artiste et "d'artiste au service de la cité".

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 20:35

Confié par Laura Macomber  de la Nouvelle-Angleterre :

 

Voilà ma recette pour le gâteau citrouille! (Ca fait deux ou trois gateaux)


500 ml citrouille purée
150 ml de l'eau
690 ml sucre
800 ml farine
230 ml huile de tournesol ou huile végétale
4 oeufs
1 cuillère à thé de levure chimique


canelle
gingembre
clou de girofle
muscade


Mélangez tous les ingrédients fraiches et puis tous les ingrédients secs. Cuisez 50 minutes à 175° celsius. Bon appetit!


Cordialement,


Laura

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:47

 

la-Provence-27-janvier-20110001-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:44

 

 la marseillaise 27 janvier 20110001

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 15:45

En ce début d'année 2011, les jeunes du mercredi sont amenés à être meneurs de jeu, sur la base du volontariat..

 

Baptiste a essuyé les plâtres le mercredi 19 janvier avec un mini-scénario de la quête fantastique sur le lagon entourant l'île des bienfaits. il s'est bien débrouillé et a réussi à diriger la partie sans problème apparent. il faut dire qu'il a l'avantage, du haut de se dix ans et demie, de pratiquer le jeu de rôles depuis deux ans !

 

Basile s'apprête à faire jouer un mini-scénario  le 2 février.dans lequel les enfants jouent des créatures fantastiques (elfe, kobold, nain et ogre).

 

Ce sera ensuite au tour de Nicolas.

 

Grâce à l'association La Ciotat ma ville et son animateur, Alban Marseilhan, nous avons créé un site sur la quête fantastique (LQF), le jeu de rôles créé par Frééric Ganga, site que nous allons commencer à nourrir des résumés de scénarios réalisés d'une part par un enfant, d'autre part par le meneur de jeu adulte.

 

Nous vous reparlerons de ce site dès qu'il sera opérationnel.

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 21:13

Oyez, oyez, bonnes gens ! J'ai revêtu mon habit de troubadour et mes chausses, le tout couleur brun pour votre plaisir, gens de toute condition quoique humaine !

 

Ce mardi 25 janvier, 2011, accueil comme à l'habitude chez Patati et patata, 15 rue Camille Pelletan. Les nouvelles sont commentées et l'annonce de la venue de Michel Onfray suscite un grand enthousiasme, sauf pour Michel qui préfère le boeuf à Jazz Convergences. La conférence sur la médecine traditionnelle tibétaine a aussi ses adeptes, ainsi que la causerie d'une assistante de langues états-unienne sur la Nouvelle-Angleterre. Michèle me réserve un CD de chansons médiévales par Jordi Savall suite à mon interprétation de "l'amour de moi s'y est enclose", chanson du XVème siècle.

 

CRIEUR-PUBLIC-DECEMBRE-2010-001.jpg

 

L'idée d'une feuille de chou du  crieur prend son envol ici : d'accord pour une participation libre (entre un prix qui ne veut rien dire et une gratuité factice) et le public de patati et Patata participera volontiers à l'écriture de quelques micro-textes (format inférieur à dix lignes).

 

Il fait froid ce matin dans la rue des Poilus, mais l'accueil de Rémi, patron d ela boutique Aventuris, est toujours réconfortant. De plus, j'ai prévu, avant de commencer mes annonces, de chanter . Et c'est le miracle ! une dame passe dans la rue, s'arrête et commence à chanter. Elle vient lire avec moi la chanson et m'annonce que sa soeur aime encore mieux qu'elle les très vieilles chansons. Elle me promet de me présenter celle-ci mardi 1er février vers 10H30 !

 

CRIEUR-PUBLIC-DECEMBRE-2010-004.jpg

 

La chanson attire du monde.

 

link 

Place Sadi Carnot, degun, comme on dit, personne, à part deux messieurs qui m'écouteront presque jusqu'au bout. La terrasse est vide par ce temps.

 

CRIEUR-PUBLIC-DECEMBRE-2010-007.jpg

 

Rue des frères Arnoux, je me perche sur le marchepied d'un magasin inoccupé. ici et là, j'observe des regards amusés lorsque j'annonce que ma chanson est coquine. Quelques personnes s'arrêtent, souvent à distance respectable. Dois-je arborer un panneau disant que c'est gratuit, ou simplement l'annoncer au départ ?

 

CRIEUR-PUBLIC-DECEMBRE-2010-008.jpg

 

Le square Bouissou est désert, ainsi que ses alentours. Je vais directement dans la rue du maréchal Joffre où m'attend la chaleureuse équipe de la boucherie. Et là devant la douzaine de personnes en enfilade, je constate à la fois la chaleur des gens et de l'endroit. On me questionne : où se trouve la rue Louis Vignol ? Quand Michel Onfray viendra-t-il ? faut-il réserver ?

 

CRIEUR-PUBLIC-DECEMBRE-2010-009.jpg

 

A deux pas, le Tropiques Café me tend les bras. Ana l'artiste me suggère de ne pas écrire ma feuille de chou au clavier mais à la main, et accepte que je lui réserve un espace pour dessiner. de cet original, je feraid es photocopies, peu au départ, jusqu'à la belle saison. Encore un franc succès pour la chanson.

 

CRIEUR-PUBLIC-DECEMBRE-2010-010.jpg

 

Je termine par mes deux boulangeries favorites, Lévêque place du marché et Tomas, Bd Bertolucci en face du collège Jean Jaurès. Un couple d'amoureux mijote un arrêt maladie pour voir Michel Onfray pendant les heures de travail.

 

 CRIEUR PUBLIC DECEMBRE 2010 011

 

C'est dit, il faudra que je me fasse faire un costume d'été, et peut-être alors des chansons modernes fleuriront-elles sur mes lèvres ?

 

En attendant, ma décision est prise : chansons très anciennes jusque là !

Partager cet article
Repost0